« L’art de la guerre » médiatique contre l’or

Publié par Fabrice Drouin Ristori | 17 nov. 2014 | Articles

« Aide tes adversaires à sous-estimer tes capacités ». C’est ce qu’écrivait le Général chinois Sun Tzu dans le fameux livre de stratégie militaire L’Art de la guerre.

Cette stratégie militaire s’applique aujourd’hui parfaitement au marché de l’or. La presse occidentale et les tenants du statu quo financier actuel font tout pour que les investisseurs sous-estiment les métaux précieux et contribuent donc à les détourner de l’or physique (cela ne fonctionne que dans les pays occidentaux et n'est pas respecté par les banques centrales, même Occidentales, qui en possèdent toutes dans leurs réserves).

Deux tactiques dans l’application de cette stratégie : la publication d’articles où l’explosion de la demande physique mondiale n’est jamais mentionnée, et la manipulation directe du cours spot des métaux précieux via des techniques financières, notamment sur le COMEX, via la vente massive de contrats futures aux heures les moins liquides du marché.

Cet article du Figaro qui titre "Les cours de l’or poursuivent leur dégringolade” est un bel exemple de brouillard médiatique perturbant la vision des investisseurs : aucune mention de la forte demande sur le marché physique.

 

 

Résultat de cette stratégie appliquée depuis quelques années (accentuation depuis 2011) : le cours spot papier des métaux précieux se situe aujourd’hui en dessous du coût d’extraction, ce qui est une aberration dans un contexte d’explosion de la demande mondiale (coût d’extraction d’une once d’argent : 16,5 dollars), et le sentiment d’une grande partie des investisseurs occidentaux envers les métaux précieux est au plus bas.

Dissipons ce brouillard de désinformation en citant quelques évènements récents et en posant une question de logique économique très simple :

- La loi de l’offre et de la demande permettant de déterminer le prix d’un actif rend impossible la baisse du cours d’un actif dans un contexte de forte demande. Tout le monde peut comprendre ce concept basique.

Comment les économistes et journalistes financiers “spécialisés” peuvent-ils donc nous parler de baisse des cours des métaux précieux avec tant d’aplomb, alors que la demande mondiale pour l’or et l’argent physique a littéralement explosé ces dernières années ?

Comment expliquent-ils cette distorsion de la loi de l’offre et de la demande ?

 

Voici quelques preuves récentes d’explosion de la demande physique mondiale :

- L'US Mint est en rupture de stock de production des pièces d’argent « Silver Eagles » ; cette rupture de stock, certes temporaire, ne pourrait pas se produire si la demande d’argent physique n’était pas « hors norme ». L’US Mint doit légalement fournir autant de pièces d’argent que ce qu’elle peut produire, et elle ne peut légalement rationner sa production si elle a la capacité de produire des pièces et que la demande l’exige. Posons-nous à nouveau la question : comment est-il donc possible que le cours spot de l’argent soit aujourd’hui aussi bas, alors que l’US Mint annonce une rupture de stock en raison de problèmes d’approvisionnement sur l’argent ?

Le mécanisme actuel de détermination du cours de l’argent peut-il être considéré comme crédible dans ce contexte ?

On continue… 

- Au moment de la nouvelle chute du cours de l’argent fin octobre, et avant la rupture de stock annoncée par l’US Mint, les investisseurs ont acheté 1,4 millions de pièces Silver Eagle en deux jours.

- 2014 devrait être l’année du record historique de vente de pièces Silver Eagle, vu les volumes de commandes. La demande n’est pas seulement « forte », elle est historiquement élevée. Encore une fois, comment une demande élevée combinée à une offre qui commence à diminuer peut-elle se traduire par un prix bas ?

- La Russie, qui possédait déjà la cinquième réserve mondiale d’or physique, a acheté plus d’or physique cette année que depuis la dernière crise de 1998. La Russie a acheté 37,2 tonnes d’or physique en septembre 2014. En vingt ans, la Russie n’a jamais détenu autant d’or physique.

Comment le cours des métaux précieux peut-il baisser dans ce contexte ?

Je n’ai même pas besoin d’aborder les importations records d’or de la Chine ou de l'Inde pour prouver que la demande mondiale d’or et d’argent physique est « hors norme ».

 

 

Il n’est pas nécessaire d’être un expert financier pour comprendre que quelque chose ne fonctionne plus dans la détermination du cours des métaux précieux, et cela, depuis plusieurs années. Mais les tensions sur le marché du physique n’étaient pas aussi apparentes.

J’ai déjà donné à plusieurs reprises mon point de vue sur la raison de la baisse des cours : elle est liée à la manipulation des cours, et Chris Powell, du Gold Anti-Trust Action Committee (GATA), en explique très bien le mécanisme dans cette interview que nous avons traduite :

 

 

Jusqu’à aujourd’hui (mercredi 12 novembre), aucune banque n’avait été accusée officiellement de manipulation du cours des métaux précieux.

L’attente a été longue, mais la FINMA (organisme de régulation suisse) accuse aujourd’hui UBS de manipulation et fraude sur les marchés des métaux précieux.

Nous avons donc désormais des preuves officielles que les cours des métaux précieux sont manipulés.

 

Le point que je voulais mettre en évidence d’une manière compréhensible dans cet article est qu’une forte demande physique n’est pas compatible avec la baisse du cours d’un actif. Un point que tout le monde peut comprendre.

La baisse de ces dernières années est due à une manipulation que la BAFIN (organisme de régulation allemand) avait mentionée et que la FINMA (organisme de régulation financière Suisse) a confirmé officiellement.

Les cours spot « papier » de l’or et de l’argent ne représentent pas dans ces conditions la valeur réelle du métal physique.

Les investisseurs occidentaux dans l’or et l’argent sont pris au milieu d’une guerre médiatico-psychologique pour tenter de les influencer, mais les évènements que j’ai cité plus haut devraient les rassurer quant à l’absurdité du mécanisme actuel de détermination du cours des métaux précieux, mécanisme qui est en sursis.

Il faut donc être patient et attendre que le marché du physique redevienne le déterminant principal des cours. Au vu des évènements récents cela est en train de se manifester.

 

La question qu'on me pose régulièrement est : Quel événement peut mettre fin à cette manipulation ?

Ma réponse est la suivante : La fin de la manipulation viendra d’un événement révélant que l’or physique (ou l’argent) est tout, sauf disponible « physiquement » dans les quantités que l’on veut nous faire croire.

 

- Un défaut de livraison rendu public sur un contrat papier "or" qui prouvera qu’il y a beaucoup plus d’or/argent papier en circulation que ce qu’il n’existe de quantités physiques disponibles.

- Une annonce de la Chine quant au montant exact de ses réserves d’or physique. Suivie d’une demande de la Chine aux États-Unis de prouver leurs réserves réelles d’or physique.

- Un "OUI" au référendum suisse sur l'or du 30 novembre, puisqu’il obligerait la Banque nationale suisse à acheter de l’or physique directement sur les marchés (20% de ses réserves de change) et, surtout, à rapatrier ses réserves d’or, alors qu’on sait que l’Allemagne n’a pu récupérer qu’une toute petite partie de son or stocké aux États-Unis, à Londres et en France. Autrement dit, et cela rejoint mon premier point : un défaut de rapatriement/livraison d'or physique.

 

Enfin dernier indicateur pour conclure :

- Alan Greenspan (ex president de la FED) recommande désormais l’investissement dans l’or :

 

 

Fabrice Drouin Ristori

Fondateur/Dirigeant Goldbroker.com

ceo @ goldbroker.com

Me suivre sur Twitter : @fabricedrouin


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Fabrice Drouin Ristori  Fondateur/CEO Goldbroker.com

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits