Les risques s’accumulent sur Deutsche Bank - Réserves de sécurité bancaires

Publié par Richard Détente | 7 juin 2018 | Articles 939

Les risques s’accumulent sur Deutsche Bank. La banque allemande inquiète de nouveau les marchés suite à un abaissement de sa note de confiance par l'agence Standard & Poor's (S&P) et a une mise sous surveillance par les autorités américaines (la Fed et FDIC).

 

 

Idées clés :

- La Deutsche Bank est mise sous surveillance aux USA car jugée trop risquée.

- Le levier entre les fonds propres et les engagements de la banque est compris entre 30 et 50 pour la DB.

- La réglementation favorise le placement des liquidités bancaires vers la dette des États plutôt que vers l'économie réelle.

- On fait le point : Comment mesurer le risque d'une activité bancaire.


Nous allons parler des risques qui s'accumulent sur la Deutsche Bank avec l'économiste Philippe Herlin. Nous allons vous expliquer de quoi parlent les économistes lorsqu'ils évoquent ces histoires de réserves de sécurité bancaire, de levier, ou de ratio "Core Tier One".

Vendredi 1er juin 2018, l'agence de notation Standard and Poor's a décidé de baisser d'un cran la note de confiance de la Deutsche Bank. Dans le même temps, la banque fédérale américaine a décidé de placer la banque sous surveillance comme étant une banque à risque. Les nuages s'accumulent au dessus de la plus grosse banque d’Allemagne.

J'ai lu dans la presse que les difficultés de la Deutsche Bank pouvaient être largement imputées à des difficultés de management. Ils ont changé trois fois de directeur général en six ans, puis ils font des pertes depuis trois années d'affilée, et d'autres sujets font que les raisons ne manquent pas pour expliquer les difficultés de cette banque. Ça vaut vraiment un épisode ?

Oui, sauf que ces histoires de gestion managériale, à mon avis, ne sont pas des causes mais des conséquences, ou du moins ne sont que l'écume des choses. Pour bien comprendre ça, il faut comprendre comment on évalue le risque pour une activité de banque.

Le principe de base pour l'activité d'une banque aujourd'hui est de gagner de l'argent en prêtant de l'argent qu'elle n'a pas, tout en étant garante que cet argent créé sera bien remboursé. Si jamais ce n'est pas le cas, c'est à la banque de déduire les pertes de ses fonds propres.

On dit que le système bancaire est fractionnaire parce que la banque ne possède qu'une fraction de l'argent qu'elle prête. Pour faire très simple : la quantité d'argent qu'une banque peut créer pour le prêter, pour générer son activité, dépend complètement des fonds propres qu'elle possède. Dit autrement, plus une banque a de fonds propres, plus elle peut créer et prêter d'argent.

Donc les fonds propres c'est ce qui appartient vraiment aux actionnaires et à la banque, c'est leur véritable argent, en réalité, c'est ça ?

Tout à fait. Une façon de calculer le risque sur une activité d'une entreprise bancaire est de regarder la proportion de fonds propres de cette banque par rapport à la quantité de prêts qu'elle a accordés à différents secteurs de l'économie. Il y a plusieurs indicateurs qui permettent d'évaluer le niveau de risque d'une banque. Le premier va être le fameux levier.

Par exemple, imaginons une banque qui possède 100 € de fonds propres et qui décide de prêter dans l'économie pour 1500 €. 1500 divisé par 100, on va dire que cette banque a un levier de 15. Ensuite, si on calcule le chiffre inverse du levier, on obtient un pourcentage de fonds propres par rapport à l'argent prêté, et on appelle ça une réserve de sécurité. 

Par exemple pour un levier de 15 : 1 divisé par 15 vous donne 6,6 % de fonds propres par rapport à 100% de l'argent qui a été prêté. Avec un levier de 25, on aurait une réserve de sécurité de 4%. etc.

Pour en finir avec ce jargon financier, dans la réglementation bancaire, on ne va pas parler de réserves de sécurité, mais de ratio "Core Tier One" qui sont issus des réglementations de Bâle. Le "Core Tier One", pour faire simple, ce sont les réserves de sécurité d'une banque. 

Dernière chose à savoir. Lorsqu'une banque va utiliser l'argent des dépôts de ses clients, la réglementation va l'obliger à mettre une partie de ses fonds propres de côté, de façon sécurisée, pour assurer le risque pour que les clients puissent retrouver leur argent d'une façon ou d'une autre. Le niveau de fonds propres exigé pour garantir la sécurité des dépôts des clients de la banque dépend de la nature des actifs achetés. Si ce sont des obligations, des prêts aux entreprises, des matières premières, et bien la réglementation va demander des pourcentages de fonds propres mis de côté différents. Maintenant vous avez toutes les clés pour comprendre la nature de nos échanges avec Philippe Herlin.

Philippe Herlin : Il y a le fait que les banques ont peu de fonds propres. En France ils sont à 4%. Un effet de levier à 4%, donc 1 € de fonds propres pour 25 € d'engagement, ça veut dire qu'il suffit de pas grand chose pour que les banques tombent en faillite.

Richard Détente : Ça veut dire que si 4% de leurs clients font faillite, c'est fini. C'est là qu'interviennent les fameuses réserves. Pour une obligation grecque par exemple, on leur demande zéro euro de réserves... 

Philippe Herlin : Pourquoi arrive t-on à un chiffre aussi bas quand on regarde les choses de façon objective ? En fait, le calcul du risque par les banques se fait différemment, d'une façon plus complexe, et c'est ce qui est organisé par Bâle. On entend souvent parler de Bâle III, de Bâle II, qui permettent de gérer les risques des banques. C'est à Bâle que se trouvent la banque des règlements internationaux. C'est en quelque sorte la banque centrale des banques centrales. C'est là-bas que se réunissent les banques et les gouvernements pour gérer les risques bancaires. Mais la gestion du risque bancaire se fait de façon différente, c'est-à-dire qu'on considère que, quand une banque achète un bon d'État noté AA ou AAA, et bien il n'y a aucun risque, donc qu'elle n'a pas à mettre en face des liquidités, des fonds propres en sécurité. 

Par contre, quand elle prête de l'argent aux entreprises, il y a un risque. Donc elle doit mettre de l'argent en face. Mais c'est très pervers comme jugement, parce que ça veut dire que les banques sont plus encouragées à mettre leur argent dans des bons d'État qu'à le prêter aux entreprises. En plus, prêter de l'argent aux entreprises est compliqué, parce qu'il faut étudier les dossiers... vous allez dire que c'est le boulot d'une banque, ils sont payés pour ça...

Richard Détente : Est-ce que ce ne sont pas les États qui participent à la BRI et favorisent ces réglementations en faveur des États...

Philippe Herlin : Ça avantage qui ? Ça avantage les États. En faisant ça, les États sont sûrs de placer leurs bons d'États, leurs dettes, parce qu'ils savent que c'est un bon produit pour les banques... ça va leur rapporter un peu d'intérêts. Alors plus grand chose maintenant qu'on est à taux zéro ou faible, mais ça rapporte quand même quelque chose pour un risque considéré comme nul. Lorsque l'on immobilise du cash en face d'un actif, c'est une perte, parce que c'est du cash qui n'est pas placé et qui ne travaille pas. Pour la banque, immobiliser du cash est une perte.

Richard Détente : Donc en gros, quand une entreprise vient demander un prêt, techniquement, parce qu'on a des entrepreneurs qui nous regardent, ils se retrouvent en concurrence avec des rendements de bons d'État, d'obligations. 

La banque dit "bah, moi j'ai un entrepreneur, M.Dupont, qui veut monter sa boîte et a besoin de 100 000 €. Puis à côté, j'ai les emprunts grecs, italiens, qui me rapportent tant et je peux en acheter pour 100 000 €... et ils font une péréquation entre M.Dupont et l'État italien...

Philippe Herlin : Ils savent que, pour une entreprise, il y a un taux d'échec. Alors ça rapporte peut-être plus... car quand une entreprise emprunte, elle paie plus que lorsqu'un État emprunte. Une entreprise paie plus, mais en même temps, il y a un taux d'échec, c'est un risque normal de l'activité économique et bancaire. Voilà il y a un risque.

Les deux peuvent s'équilibrer... Ce n'est pas sain, parce que l'objectif d'une banque n'est pas d'acheter les bons d'États à l'origine. L'objectif d'une banque est de prêter aux entreprises.

Richard Détente : Est-ce qu'on peut dire que les banques sont un peu couvertes, parce que si on leur dit, au travers de la BRI, que le risque est de 0, et que tout le monde se met d'accord pour dire qu'il n'y a pas besoin de faire des réserves, le jour où l'État fait faillite, ils pourront dire : "Je ne savais pas, il n'y avait pas de risque. Puisque tout le monde disait que c'était sans risque, comment pouvais-je savoir ?"

Philippe Herlin : Évidemment, c'est le risque. Autre aspect à noter aussi, si les banques achètent de l'or physique pour le mettre dans leurs coffres, elles sont aussi obligées de mettre du cash (en réserve)... Alors j'ai pas les chiffres précisément, mais c'est considéré comme un investissement risqué. Alors que moi ça me rassurerait que les banques françaises aient quelques dizaines de tonnes dans leurs coffres. Je trouverais ça rassurant, parce qu'on sait que l'or en cas de crise est quelque chose qui marche bien, qui est très liquide et garde sa valeur. C'est une vraie sécurité. Ce serait une vraie sécurité pour les banques.

Vous avez compris que le ratio moyen de réserve de sécurité bancaire est de 4% en Europe. Alors qu'en est-il pour la Deutsche Bank ? Je vais me référer à un économiste indépendant, Jean-Pierre Chevallier, qui fait un énorme travail d'analyse financière du secteur bancaire.

Jean-Pierre Chevallier nous explique que, depuis plusieurs années, la Deutsche Bank a fait des efforts impressionnants pour revenir à un ratio inférieur à 30, là où en Europe l'effet de levier est plutôt de 25. Jean-Pierre Chevallier nous explique aussi que si on va fouiller un peu plus dans les comptes de la DB, et en réintégrant la nature des prêts non performants, donc des prêts qui sont à risque et qui sont pas forcément bien déclarés par la banque, on peut s'attendre à un levier qui pourrait aller jusqu'à 50. Un effet de levier bancaire de 50 est juste énorme. Les risques pris par cette banque sont considérables par rapport au secteur.

On reparlera dans une autre vidéo du problème des produits dérivés, qui sont la deuxième composante des risques qui pèsent sur la Deutsche Bank. Aujourd'hui, on va s'arrêter là, en disant qu'avec un levier de 50, si seulement 2 % des clients de la Deutsche Bank font faillite, ne remboursent pas leurs prêts, et que leurs garanties ne sont pas suffisantes pour rembourser cet argent, et bien la Deutsche Bank disparaît, fait faillite.

Il est vraiment important de comprendre qu'un levier compris entre 30 et 50 est très risqué pour une activité bancaire. Un bon taux de levier serait plutôt autour de 15.

C'est pour ça que dans mon kit anti crise financière, téléchargeable gratuitement ici, j'ai commencé par parler des comptes bancaires et de l'investissement dans l'or physique. Ce sont deux briques indispensables pour poser les bases d'une stratégie patrimoniale solide et résistante aux crises qui se préparent.

Ce qui se passe aujourd'hui avec la Deutsche Bank est à mettre dans ce contexte de risque très élevé et très peu maîtrisé sur la fiabilité du système bancaire.


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Richard Détente  Vidéos de vulgarisation économique et financière

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits