L’or : un monde, deux marchés (papier vs physique)

Publié par Egon Von Greyerz | 17 août 2015 | Articles

Le monde s'approche d’un point de basculement, et nous devrions entrer dès cet automne dans ce que j’ai moi-même baptisé en 2009 les « années sombres ».

Nous n'allons pas uniquement vivre une autre correction, qui offrira aux investisseurs l'aubaine d’acheter à prix cassé. Non. Cette fois-ci, nous assisterons à la fin du siècle de création monétaire par les banques centrales, et d’endettement extravagant. Peut-être aussi à la fin du cycle qui a débuté au début du XVIIIe, ou même il y a deux-mille ans.

Mais la magnitude de ce cycle n’a aujourd’hui aucune importance. Je me contenterai de dire que nous verrons des corrections sur les marchés et l’économie mondiale, dont les proportions seront dévastatrices. Les marchés boursiers perdront jusqu’à 90%, les marchés des obligations s’effondreront complètement, et le commerce international sera au moins divisé par deux. La population mondiale pourrait aussi baisser de deux ou trois milliards. Tout cela semble inimaginable aujourd’hui. Mais si quelqu’un avait dit en 1932 que le Dow, qui était de 40 points, atteindrait 18.000 points 83 ans plus tard, personne n’y aurait cru. Au début des années 1900, la population mondiale était d’un milliard d’habitants. Personne n'aurait cru qu'il serait possible de nourrir six milliards de bouches supplémentaires 115 ans plus tard. ET malheureusement, ça ne l’est pas, vu le nombre de personnes qui ont faim aujourd’hui autour du monde.

Ce à quoi nous avons assisté au cours du siècle dernier est sans précédent dans notre histoire. Les récents évènements découlent de la bulle monétaire crée par les les banques centrales, qui a pris des proportions bien plus importantes que nous aurions pu l'imaginer. De mon point de vue, cette bulle ne pourra pas s’agrandir davantage, et comme toutes les autres, elle finira par éclater. Reste à savoir si elle finira par imploser ou par exploser. Espérons qu’elle implose, ce qui nous laisserait un peu de temps pour nous adapter.

Personne ne pourra échapper aux catastrophes économiques, financières et sociales qui vont frapper le monde. Une guerre pourait aussi exploser. Vivre en-dehors des grandes villes sera un avantage de taille. Avoir des amis ou de la famille sur qui s'appuyer aura une valeur inestimable. Pour les privilégiés qui ont des actifs à protéger, les banques ne seront pas de bonnes alliées, en raison de l’implosion d’une dette de 200 000 milliards de dollars et de l’équivalent d’1,5 quadrillion de dollars de produits dérivés. Posséder de l’or et de l’argent physique hors du système bancaire sera le meilleur moyen de protéger son capital.

L’or traverse actuellement une quatrième année de correction après son record de 1.900 dollars atteint en 2011. Selon la plupart des indicateurs, l’or est aujourd’hui survendu et sous-évalué. Sur une base ajustée à l’inflation, l’or est aujourd’hui aussi peu cher qu'en 2002, lorsqu’il s’achetait pour 300 dollars. Les positions à découvert des speculateurs sur le marché à terme atteignent des records. Et cela n’inclut pas le marché interbancaire, où les positions à découvert sont certainement plus importantes encore.

Le prix spot de l’or n’est aucunement lié au prix réel de l’or ou à l'importante demande en métal physique. Le prix de l’or papier est déterminé par les spéculateurs et manipulateurs. Les acheteurs de métal physique ont aujourd’hui l'opportunité d'acheter de l’or à un prix qui n’a rien à voir avec sa valeur réelle. L’Inde et la Chine l’ont parfaitement compris. La production d’or mondiale est d’environ 2.500 tonnes par an. Au cours de ces dernières années, la demande en métal physique a largement dépassé la production. Les vendeurs ont été des banques centrales qui ne possèdent clairement qu’une fraction des réserves qu’elles rapportent dans leurs bilans. Quand la Chine révèlera le véritable montant de ses réserves d’or et autorisera un audit indépendant, personne ne croira que les Etats-Unis puissent réellement posséder 8.000 tonnes d’or. Depuis 2008, le monde a aussi imprimé et emprunté 60 mille milliards de dollars supplémentaires. Cette expansion de crédit excessive ne se reflète pas dans le prix de l’or. Si le marché papier de l’or n'existait pas, son prix pourrait aujourd’hui être aux alentours de 8.000 dollars, soit son juste prix ajusté à l’inflation réelle. Tous les évènements cités ci-dessus devraient commencer à se produire au cours des prochains mois.

À l'automne 2015, ce sera certainement le début de la fin de la plus grosse bulle spéculative de l’Histoire. Toutes les bulles d'actifs imploseront, et le système financier sera sous pression. Le dollar s’effondrera, emportant avec lui d’autres devises. Cela déclenchera des vagues d’impression monétaire, qui alimenteront l’effondrement des devises et l’hyperinflation. Par conséquent, les prix de l’or et de l’argent grimperont.


Source: GoldSwitzerland


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que "GoldBroker.fr tous droits réservés" est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.


Egon Von Greyerz  Membre du conseil d'administration de Goldbroker.com - Fondateur MAM

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :