Montez à bord du train de l’or, en route vers 10 000 $ l’once

Publié par Egon Von Greyerz | 1 juil. 2016 | Articles

Entre 1999, lorsque l’or a atteint son bas à 250 $, et en 2011, lorsqu’il a touché un sommet à 1 920 $, il n'y eut qu'une seule correction majeure, qui dura huit mois, en 2008. La correction suivante, du sommet à 1 920 $ à presque 900 $, a semblé durer une éternité, avant de se terminer finalement en décembre 2015. Durant ces années, il a toujours été clair pour moi que la tendance haussière des métaux précieux était intacte, même si je dois admettre que je ne m’attendais pas à une correction aussi longue. Mais, après des années à étudier les marchés, la patience est une vertu absolument essentielle. Si vos décisions d’investissement sont, au départ, basées sur des principes sains, il n’y a pas de raison de changer d’opinion à cause du marché qui prend plus de temps à accomplir ce qu’il devrait faire.

 

Prix de l'or historique en dollar américain

 

L’or constitue la meilleure protection contre des risques sans précédent

En 2002, nous avons acheté de l’or pour notre propre compte et pour nos clients, à 300 $ l’once. À cette époque, l’or était mal-aimé et sous-évalué. Cela est, évidemment, le meilleur moment pour investir stratégiquement à long terme. Mais notre intention n'a jamais été d’acheter de l’or en tant qu’investissement. Non, nous avons acheté de l’or parce que nous avions évalué les risques financiers et économiques dans l’économie mondiale et en avions conclu qu’il était très probable que le système ne survivrait sans connaître des faillites majeures, au niveau des dettes souveraines et du système bancaire. Comme nous le savons, le système financier a presque coulé en 2007-2009. Avec 25 000 milliards $ de monnaie imprimée, de crédit et de garanties, le système a bénéficié d’un bref sursis. Mais ces 25 000 milliards $ n'étaient que le paquet de départ… depuis 2006, la dette mondiale a augmenté de 90 000 milliards $, plus le passif non comptabilisé et les produits dérivés de plusieurs centaines de milliers de milliards $. Cette explosion de dette a confirmé le risque que nous avions déjà relevé en 2002.

Le système financier ne peut survivre

Aujourd’hui, en juin 2016, je suis absolument certain que le système financier ne s’en sortira pas indemne. La dette mondiale est passée de 20 000 milliards $ à 230 000 milliards $, une multiplication par 10 lors des 25 dernières années, et cette dette, même en partie, ne peut être remboursée avec de la véritable monnaie. Les gouvernements et les banques centrales n’ont plus de munitions. Dans leurs tentatives désespérées de sauver le système financier, ils ont manipulé tous les marchés, tous les instruments financiers. Ils impriment de la monnaie, établissent de faux taux d’intérêt (maintenant négatifs), achètent leur propre dette, soutiennent les marchés boursiers, et ils vendent aussi de l’or sur le marché papier. Toutes ces actions et manipulations ne font que créer de plus grosses bulles, qui mèneront à l’implosion totale du système financier et de tous les actifs en bulle comme les actions, les obligations et l’immobilier.

De plus, plusieurs signes indiquent que les actions des banques européennes se dirigent vers zéro. Les actions de la plupart des grandes banques ont perdu 70-90% depuis 2006, et plusieurs d’entre elles ont perdu plus de 25% ces derniers jours. Le système bancaire européen va vers la faillite. Plusieurs banques américaines, comme Bank of America et Citigroup, montrent les mêmes signes. Les mois à venir devraient être extrêmement volatiles et perturbateurs sur les marchés financiers mondiaux.

Le problème est que personne n’est préparé au choc à venir. Les gens croient que le monde fantastique créé par les banquiers centraux, la Fed en tête, ces cents dernières années, durera pour l’éternité. Quelques privilégiés ont accumulé une richesse incroyable… Plusieurs personnes, en Occident, croient qu’ils sont mieux lotis qu’avant, sans réaliser que l'amélioration de leur standard de vie est basé sur la dette gouvernementale et les déficits budgétaires, ainsi que sur une augmentation énorme de la dette individuelle.

Une nouvelle ronde de QE planétaire fera pâlir celle de 2007-2009

Mais avant que le système financier n’implose, nous assisterons à la plus grande opération d’impression monétaire que le monde n’ait jamais connue. Ils n’auront d'autre choix que d’imprimer plus de monnaie, dans une ultime et futile tentative de sauver les banques en faillite. Avec plus de 1500 000 milliards $ en produits dérivés, les planches à billets (ou les ordinateurs) vont chauffer. Deutsche Bank et JP Morgan, respectivement exposées à 75 000 milliards $ et 100 000 milliards $ aux produits dérivés, auront, à elles seules, besoin d’être supportées à hauteur de 2,5 fois le PIB mondial. Évidemment, il n’y aura pas que le système financier qui devra être supporté : les gouvernements vont bientôt manquer de recettes fiscales importantes et auront besoin d’imprimer de la monnaie pour toutes leurs dépenses. Bientôt, la sécurité sociale et les retraites seront virtuellement supprimées. Il n’y a qu’à voir le Japon, par exemple, qui imprime aujourd’hui plus de 50% de ses dépenses annuelles.

Toute cette impression monétaire entraînera une hyperinflation mondiale plus ou moins moins similaire à la République de Weimar ou au Zimbabwe, avec le dollar, l’euro, le yen et la livre atteignant tous leur valeur intrinsèque de ZÉRO.

Est-il possible que je me trompe dans ma prévision d’une hyperinflation suivie d’une implosion déflationniste ? J’espère sincèrement, car ce résultat pourrait être catastrophique. Mais je crois qu’il est nécessaire que la dette implose afin que le monde puisse repartir à nouveau, en se basant sur des principes économiques sains, et avec pas ou peu de dette.

Si le résultat ne s’avère pas aussi sombre que je le craigne, nous savons quand même que les risques sont d’une ampleur sans précédent dans l’Histoire. C’est pourquoi les quelques privilégiés qui disposent de capital ou d’économies auraient tout intérêt à se protéger contre ces risques.

La préservation de la richesse est essentielle

À travers l’Histoire, l’or (et, parfois, l’argent) a été la seule monnaie qui ait survécu. Chaque devise papier ou fiduciaire a été détruite par les gouvernements avec des déficits budgétaires et de l’impression monétaire. Ces cent dernières années, toutes les devises majeures ont décliné de 97-99% par rapport à l’or. Il est pratiquement garanti qu’elles perdront les 1-3% qu’il leur reste et atteindront zéro. Mais n’oublions pas que ce déclin de 1-3% représente une chute de 100% à partir de maintenant. Cet effondrement final des devises se reflétera dans le prix de l’or et de l’argent. Je suis toujours convaincu que nous verrons l’or grimper à 10 000 $ et l’argent à 500 $, peut-être d'ici 5 ans, et que ces niveaux seront atteints même avec une inflation normale. Mais si nous avons l’hyperinflation, nous pourrions ajouter quelques zéros à ces prix.

Alors, d’un point de vue de protection de la richesse ou d’assurance, il est absolument essentiel de posséder de l’or et un peu d’argent. J’ai laissé entendre que les métaux précieux étaient principalement destinés à quelques privilégiés, mais ce n’est pas vraiment le cas. En Inde, presque tout le monde possède de l’or, et les Chinois utilisent l’or pour leurs économies. Tout individu peut acheter, disons, un gramme d’or ou plus à chaque mois. Un gramme coûte environs 40 $, et c’est de la véritable monnaie que les gens peuvent mettre de côté mensuellement.

Il n’y a, bien sûr, qu’une seule façon de détenir de l’or et de l’argent pour préserver sa richesse. L’or ne doit pas être détenu dans une banque ou sous forme de certificat papier tel un ETF. Non, l’or doit être détenu sous forme physique et stocké en dehors du système bancaire. Bien sûr, de petites quantités peuvent être cachées ou entreposées dans un coffre personnel, mais des quantités importantes doivent être détenues dans des coffres privés hautement sécurisés, hors du système bancaire et dans une juridiction politiquement stable, comme la Suisse ou Singapour.

Le train de l’or n’attendra pas

L’or à 1 300 $ et l’argent à 18 $ sont une aubaine. Mais ces métaux ne resteront pas à ces bas prix bien longtemps. Avec la correction maintenant terminée et la tendance haussière bien en place, nous pourrions voir les métaux accélérer très rapidement. Le problème est qu’il y a très peu d’or physique disponible dans le monde, et nous avons atteint un pic dans la production aurifère. Avec les positions massives d’or-papier dans le système, nous verrons bientôt les détenteurs de positions vendeuses chercher à se couvrir en hâte. Une fois que la demande augmente, seuls des prix plus élevés peuvent la satisfaire. C’est le moment de sauter à bord du train de l’or.

 


Source: GoldSwitzerland


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que "GoldBroker.fr tous droits réservés" est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.


Egon Von Greyerz  Membre du conseil d'administration de Goldbroker.com - Fondateur MAM

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :