La catastrophe finale du système monétaire

Publié par Egon Von Greyerz | 26 août 2016 | Articles

Le destin de l’économie mondiale a été décide il y a quelques décennies, quand les déficits, les dettes et les produits dérivés ont débuté leur croissance exponentielle pour devenir la bombe à retardement que nous avons aujourd'hui. Le chapitre final de cette ère de cent ans se terminera en « catastrophe finale et totale du système monétaire », comme von Mises l’a succinctement défini.

Tout a débuté sur Jekyll Island

Tout cela a débuté en 1910, lorsque quelques sénateurs et banquiers, menés par J.P. Morgan, se sont rencontrés en secret sur Jekyll Island dans le but de créer la Réserve fédérale, prenant ainsi le contrôle du système bancaire. La Fed est une création de banquiers privés pour leur propre bénéfice. Peu d’entre eux auraient pu imaginer l’énorme succès de leur entreprise. Le contrôle du système financier a crée de vastes fortunes à une toute petite élite. Le revers de ces fortunes est une dette globale de 230 000 milliards $, à laquelle il faut ajouter le passif non capitalisé et les produits dérivés. Le total, dans les milliards de milliards de dollars, représente ce que doivent supporter les pauvres gens du monde entier. Ils ne pourront jamais rembourser, et l’implosion de toutes ces dettes mènera à la misère pour une grande majorité des gens ainsi que les générations futures.

Il est essentiel de se protéger contre ces événements

Malheureusement, les choses sont allées trop loin pour arrêter l’effondrement inévitable des devises et l’implosion du système financier, mais cela ne veut pas dire qu’il est trop tard pour que les individus se protègent eux-mêmes. Alors que nous entrons dans cette phase finale, il y aura de la panique sur les marchés financiers, tandis que les gouvernements et les banques centrales prendront des mesures draconiennes. Ci-dessous quelques-uns des risques potentiels contre lesquels les investisseurs doivent se protéger aujourd’hui :

  • Effondrement des devises – menant à la destruction du capital
  • Contrôles de capitaux – rendant impossible de sortir de l’argent d'une banque ou d'un pays
  • Les renflouements internes ou bail-in – la banque volera votre argent pour essayer de se sauver elle-même
  • Investissements forcés – vous devrez acheter des bons du Trésor avec vos avoirs bancaires ou de retraite
  • Risques liés à la garde – les actions et obligations seront hypothéquées par votre banque, vous laissant avec rien
  • Faillites bancaires – tous vos investissements disparaîtront, étant donné que votre banque deviendra insolvable

La liste ci-dessus n’est pas exhaustive, mais elle comprend les événements les plus probables qui se produiront d’ici quelques années. La plupart des investisseurs privés ne voient pas ces risques et n’ont pris aucune protection contre eux. Les gestionnaires financiers professionnels n’ont pas idée des risques réels, et ne voient pas le besoin de se protéger ni de se s'assurer. Quand vous gérez l’argent des autres, vous prenez le maximum de risques afin d'accentuer vos gains. Mais les pertes ne sont pas votre affaire, alors vous les ignorez. Cette stratégie fonctionne merveilleusement bien, jusqu’à ce que la musique s’arrête. De toute façon, tant que l’impression monétaire et la création de crédit gonfleront les marchés, ces professionnels ne perdront pas une seule seconde à s'inquiéter de la destruction totale des avoirs de leurs clients.

Quelle est la probabilité de ces risques, et comment s’en protège-t-on ? Ceux qui suivent mes articles savent qu’il est pour moi certain que les risques mentionnés plus haut se matérialiseront.

L’effondrement des devises est déjà en cours, avec toutes les devises ayant perdu 97-99% de leur valeur, ces cent dernières années. Le 1-3% qui reste y passera dans les prochaines années, vu que les gouvernements imprimeront des quantités illimitées de monnaie. Mais pensez-y bien, car ce dernier 1-3%, pour nous, représente 100% en réalité, une destruction totale de la monnaie. Alors, tout l'argent que vous avez perdra entièrement sa valeur dans la phase d’hyperinflation à venir.

Les contrôles de capitaux devraient débuter d’ici 12 à 18 mois dans plusieurs pays, incluant les États-Unis. Comme les déficits augmentent et que les devises chutent, les gouvernements empêcheront les gens de retirer de l’argent de la banque, ou même du pays. Ce n’est qu’une étape supplémentaire vers le contrôle total des capitaux. Nous avons vu apparaître, récemment, FATCA (Foreign Account Tax Compliance), des interdictions d’utiliser le cash, et l’AEOI (Automatic Exchange of bank Information) de l’OCDE. Les contrôles de capitaux seront la prochaine étape logique dans cette tentative de virtuellement confisquer l’argent. Les gouvernements, qui se dirigent vers la faillite, prendront désespérément toutes les mesures pour contrôler les gens et leurs capitaux.

Le renflouement interne (bail-in) est chose certaine et fait partie de la législation de la plupart des pays occidentaux. Le citoyen lambda n’a aucune idée de ce qu’est un bail-in, ni de ses conséquences. Cela signifie que les gouvernements ne viendront pas à la rescousse des banques insolvables, ce qui sera le cas de la plupart d’entre elles; l’argent des déposants et leurs actifs seront utilisés pour couvrir les pertes de la banque. Vu que les banques ont utilisé un effet de levier de 10 à 50 fois leurs fonds propres, tout l’argent appartenant aux clients de la banque sera perdu. À ce moment-là, après le bail-in, le gouvernement devra intervenir avec un renflouement externe (bail-out). Mais toute intervention gouvernementale sera futile, puisqu’ils ne feront que créer plus de dette… pour régler un problème de dette.

Les investissements forcés dans les bons du Trésor auront lieu à mesure que les gouvernements émettront de plus en plus de dette. À ce moment-là, le gouvernement sera le seul acheteur d’obligations, comme nous le voyons au Japon. Les gouvernements forceront les gens à investir leurs actifs bancaires dans des bons du Trésor, afin de renflouer les finances du pays. Mais il sera évidemment trop tard, et tout cet argent qui ira dans les obligations du gouvernement perdra toute sa valeur, car ces obligations ne vaudront plus rien.

Les risques liés à la garde : cela signifie qu’il n’y a pas que l’argent des clients qui soit en danger. Tout actif déposé à la banque comporte le même risque que le cash. En théorie, les actions, les obligations et l’or physique ne devraient pas faire partie du bilan de la banque et, donc, d’une faillite. Premièrement, cela pourrait prendre des années à l’administrateur judiciaire pour démêler tout cela. Mais plus important encore, les banques sous pression se serviront des actifs de leurs clients afin de consolider leurs propres actifs. Cela fut le cas avec MF Global, par exemple. Nous voyons souvent des banques qui ne détiennent pas vraiment l’or alloué à un client. Une fois sous pression, les banques prennent des mesures désespérées pour se sauver, et cela inclut définitivement les actifs des clients. Ne croyez surtout pas que le gouvernement vous aidera, puisqu’il est aussi en faillite.

Les faillites bancaires seront chose courante dans les années à venir, lorsque les créances douteuses des banques seront exposées. L’effondrement des prix des actifs exacerbera ce problème. La plupart des gens croient que l’argent ou les actifs détenus dans les banques sont en sécurité. Personnellement, je ne déposerais pas de gros montants d’argent ou d’actifs dans une banque. Et si je le faisais, j’exigerais une garantie. Les banques sont des emprunteurs de l’argent des déposants totalement indignes de confiance, et quiconque espère revoir son argent apprendra bientôt qu’il ne le reverra pas.

Si vous ne pouvez pas faire confiance aux banques, que pouvez-vous faire de votre argent ? En période d’incertitude, il est essentiel d’éviter les risques de contrepartie. Donc, aucun actif ne doit être détenu par une contrepartie fortement exposée financièrement. La meilleure façon de contrôler ses investissements est d’avoir le contrôle direct de ses actifs. Il pourrait s’agir de biens immobiliers, d'un terrain, ou encore de sociétés contrôlées avec des parts enregistrées directement.

La meilleure assurance que l’on puisse acheter

La meilleure et la moins coûteuse assurance contre les risques mentionnés plus haut est de détenir de l’or physique et de l’argent (métal). Mais il ne suffit pas de détenir de l’or et de l’argent, il faut le faire correctement. Sine qua non : il faut détenir ces métaux sous forme physique, hors du système financier et hors de votre pays de résidence. Il est aussi essentiel d’avoir un accès direct à votre actif de préservation de richesse, qui ne devrait pas être détenu par une contrepartie.

L’or et l’argent ne protégeront pas les investisseurs de tous les problèmes que le monde connaîtra dans les années à venir. Mais s’ils sont détenus correctement, et au bon endroit, les métaux précieux constitueront la meilleure assurance qui soit contre la destruction massive de richesse qui surviendra d’ici quelques années. 


Source: GoldSwitzerland


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que "GoldBroker.fr tous droits réservés" est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.


Egon Von Greyerz  Membre du conseil d'administration de Goldbroker.com - Fondateur MAM

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :