La Chine et l'Inde n'ont pas perdu leur amour pour l’or

Publié par Gold Broker | 24 oct. 2016 | Articles

Pour Surender Kumar Jindal, un des plus gros vendeurs de lingots d’or et d’argent en Inde, cette année n’a pas été bonne pour les affaires.

L’or a peut-être repris 20% en dollars US, en route pour son premier gain annuel en quatre ans, mais sur le marché indien, cependant, cela a contribué à la baisse de la demande pour le métal physique.

Le statut de l’or en Inde, de son rôle dans les mariages à celui d’épargne dans les campagnes, a fait de ce pays le plus grand consommateur de métaux précieux au monde; donc, tout ralentissement de cet appétit inquiète l’industrie.

"Les gens n’achètent pas, parce qu’ils savent que l’or, actuellement, ne donne pas de rendement," selon M. Jindal. "C’est le prix qui décide; les gens y sont très sensibles."

 

Jewelry demand

 

Une faible demande indienne marque un changement fondamental pour le marché de l’or physique. Après la baisse des prix en 2013, les achats massifs de l’Inde et de la Chine ont entrainé le transfert de centaines de tonnes d’or des coffres à Londres vers l’Est.

Selon les analystes, cela ne signifie pas que les deux plus grands consommateurs du métal au monde ont perdu leur amour pour l’or, mais plutôt que la façon dont les gens achètent de l’or est en train de changer.

En Chine, l’or devient un produit de placement de plus en plus populaire, grâce à des plateformes dirigées par les banques publiques qui permettent d’investir sur le Shanghai Gold Exchange via les smartphones et en ligne. De nouveaux produits d'investissement financiers, tels les ETF d’or, ont aussi commencé à accumuler des fonds.

"Vous pouvez voir que la demande d’investissement en Chine a le potentiel pour devenir stupéfiante," a déclaré Yang Qing, assistant-directeur du département des marchés mondiaux à la Bank of China, lors de la conférence de la London Bullion Market Association à Singapour. "La part d’or dans la répartition des actifs des citoyens ordinaires va augmenter." La quantité d’or des deux ETF d’or listés sur le Shanghai Gold Exchange sera multipliée par dix dans la première moitié de l'année, selon M. Yang.

Cela pourrait éventuellement compenser la faible demande en joaillerie, en baisse cette année. Le détaillant listé à Hong Kong, Chow Tai Fook, a rapporté que ses ventes en magasin ont baissé de 22% en Chine et de 30% à Hong Kong, au cours des trois mois se terminant en septembre. Les importations d’or de la Chine via Hong Kong, la plus grande source d’importations l’an passé, ont chuté de 23% en août, à leur niveau le plus bas depuis janvier. Mais encore, les produits d’investissement comme les ETF pourraient prendre du temps à décoller. Les quatre ETF listés du pays détenaient environ 30 tonnes d’or en juillet, une fraction des 1 626 tonnes détenues par les ETF mondiaux.

Mais l’histoire montre que les ETF peuvent croître rapidement. Le SPDR Gold Shares, lancé en 2004 sur le New York Stock Exchange, est devenu l’un des plus gros ETF au monde en août 2011. Il détient dorénavant 954 tonnes d’or, pour une valeur d'environ 39 milliards $.

Cette année, le rallye du prix de l’or en dollars a été en partie stimulé par les investisseurs qui s’étaient entassés dans les ETF d’or, lorsque celui-ci avait glissé vers les 1000 $ l’once à la fin de l’année dernière. L’Inde et la Chine ayant été largement absentes, l’or est revenu vers les coffres de Londres pour supporter les ETF.

Le marché de l’or en Inde est plus dominé par les achats au comptant dans les zones rurales qu’en Chine, mais le gouvernement essaie de transférer une partie de ces achats vers le système financier. L’an passé, il a émis des obligations souveraines adossées au métal précieux et a permis aux gens de monétiser leur or dans les banques.

Mais la question est à savoir si les consommateurs du pays continueront d'acheter de l’or, à mesure qu’ils s’enrichissent et entrent dans la classe moyenne.

 

Indian girl

 

"La prémisse de base est la même" nous dit Sunil Kashyap, directeur des marchés bancaires et financiers mondiaux chez Scotiabank, en Inde. "Le fait de conserver une partie de son épargne en or est ancré dans la culture. Le seul nouvel enjeu, c’est qu’il y a beaucoup plus de distractions et beaucoup plus d’opportunités de dépenser son argent ailleurs."

Les produits financiers adossés sur l’or ne représentent que 0,2% de la valeur du stock d’or de l'Inde, selon le raffineur MMTC-PAMP.

Pendant ce temps, les rendements sur l’or sont faibles comparés aux autres produits d’investissement. En roupies, l’or a enregistré un rendement de seulement 0,9% depuis 2013, contre 5,6% pour l’immobilier et 11,9% pour les indices boursiers locaux, selon Kotak Bank.

Cela a fait mal à la demande en joaillerie cette année. Les importations d’or raffiné pour consommation ont décliné de 87 tonnes en un an, alors qu'elles étaient de 370 tonnes en 2015, selon le groupe d’analyse Metals Focus.

 

 

M. Jindal a confiance, car même si la demande des acheteurs ruraux pourrait chuter, elle pourrait être compensée par la demande d’or dans les nouveaux produits financiers.

"La demande d’or va continuer et les produits vont augmenter, avec les obligations souveraines d’or, les plans de monétisation, les pièces d’or et la mobilisation pour l’or à travers le pays," dit-il.

"Cela réduira sans doute la quantité d’or physique nécessaire, mais, d'un autre côté, ces nouveaux acheteurs feront que la demande augmentera. Il y aura une sorte d'équilibre." 


Source: Ft


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que "GoldBroker.fr tous droits réservés" est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.


Gold Broker  La Rédaction

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :