Les raisons fondamentales de détenir de l’or - Partie 1

Publié par Goldbroker ™ | 12 avr. 2014 | Articles

Introduction

En 2001, alors que je commencais à prendre conscience de la fin du long marché haussier de la Bourse, j’ai commencé à devenir inquiet au sujet de mes traditionnelles actions et obligations. À part posséder une maison sur laquelle il reste 27 ans d’une hypothèque de 30 ans, ces actifs représentaient 100% de mon portefeuille. Alors je me suis mis à éplucher les données économiques afin de découvrir ce que l’avenir nous réservait. Ce que j’ai découvert m’a choqué. Cela se trouve entièrement dans mon Crash Course, et en vidéo et en livre, donc je n’entrerai pas dans les détails ici. Mais le principal à retenir est que les États-Unis dépensent beaucoup plus qu’ils n’ont de revenus, et qu’ils soutiennent cet écart en imprimant énormément de nouvelle monnaie.

En 2002, j’ai fait assez de recherches sur nos systèmes monétaire, économique et politique pour en venir à la conclusion que ce serait une très bonne idée de détenir de l’or et de l’argent. Alors j’ai mis 50% de mes liquidités dans les métaux précieux, et j’ai attendu...

Jusqu'ici tout va bien. Mais ce n’est rien, comparé à ce qui arrive... malheureusement. Je dis ‘malheureusement’, parce que les forces qui vont pousser l’or à la hausse, en dollars courants, sont les mêmes tendances qui vont faire que la plupart des habitants la planète vont se retrouver dans une situation bien pire qu'actuellement.

Partie 1 : Pourquoi détenir de l’or?

Les raisons de détenir de l’or (et de l’argent), sous forme physique, sont assez simples. Commençons par les principales :

- Pour se protéger des politiques monétaires dangereuses
- Pour s’isoler de l’irresponsabilité fiscale
- Comme assurance contre la possibilité d’une catastrophe majeure dans le système bancaire/financier
- Pour la "valeur d'option" qui pourrait être très payante, si l’or était re-monétisé

 

Risque monétaire

Par ‘politiques monétaires dangereuses’, je veux dire la création de monnaie à partir de rien et la mise en place de plus de liquidité que l’économie productive n’ait besoin en réalité. Les banques centrales mondiales font cela depuis des décennies, pas seulement depuis le début de la crise financière de 2008. En termes d’or, l’offre d’or extrait des mines progresse de 1,7% par an, tandis que la masse monétaire a augmenté de plus de trois fois ce pourcentage depuis 1960 :

 

 

Avec le temps, ce différentiel de croissance de plus de 5% a créé un écart énorme, grâce au « miracle » exponentiel des intérêts composés.

J’admets que cela peut paraitre injuste, parce que l’économie a également augmenté. Mais la croissance de la masse monétaire et du crédit a très largement surpassé la croissance de nos mesures artificielles et déformées à la hausse de notre PIB. Même si l’économie stagne sous ce trop grand fardeau de dette, le système de crédit continue de s'agrandir, comme si une croissance perpétuelle était possible. Avec cette dynamique, nous continuons d'attendre que tous ces dollars supplémentaires, ces dettes et ces créances diverses sur la richesse réelle, créent une inflation des prix des biens et services.

Etant donné que nous vivons dans un système où la monnaie est créée à partir d'un prêt, nous devons aussi observer la croissance du crédit. Depuis 1970, les États-Unis ont composé les intérêts de leurs dettes totales à un étonnant rythme de près de 8% par année :

 

 

Cette manoeuvre désespérée pour composer continuellement avec la croissance de monnaie et de crédit est  un élément en plus qui me conforte dans l'idée que les actifs tangibles, dont l’or est le meilleur représentant pour la plupart des gens, doivent représenter une portion non négligeable de vos actifs amassés.

 

Taux d’intérêt réels négatifs

Les taux d’intérêt réel sont profondément négatifs (ce qui signifie que le taux d’inflation est plus élevé que les rendements des bons du Trésor). Ceci est le résultat forcé, manipulé, des actions des banques centrales qui achètent des obligations avec de la monnaie créée à partir de rien. Et, bien sûr, le taux réel d’inflation est bien plus élevé que les statistiques officielles, d'au moins 1% ou peut-être 2%, donc je considère que les rendements sur les obligations sont plus négatifs que ce que disent certains. Historiquement, les périodes de taux d’intérêt réel négatifs sont presque toujours associées avec de très bons rendements sur les matières premières et, surtout, dans les métaux précieux. Si et quand les taux d’intérêt réel deviennent positifs, je reconsidérerai alors mes actis dans l’or et l’argent, mais pas avant.

 

Politiques dangereuses

Les politiques monétaires du monde développé restent aussi accommodantes que jamais. Même le 1% de Greenspan en 2003 ne fut pas aussi négatif, en termes réels, que ce que Bernanke concocta récemment. Mais c’est l’usage hautement agressif et « alternatif » du bilan de la Réserve fédérale pour tenir à flot des banques insolvables et ainsi augmenter la dette du Trésor qui m’inquiète le plus. Il semble n'y avoir aucun moyen de mettre fin à ces programmes en expansion constante, et ils semblent être devenus une caractéristique permanente du paysage économique et financier. En Europe, l’équivalent est la dette souveraine, qui se retrouve maintenant sur le bilan de la Banque centrale européenne (BCE). Au Japon, nous avons la politique ultra-agressive du Premier ministre Abe pour doubler la base monétaire en seulement deux ans. De telles expériences à une échelle si vaste n’ont jamais été tentées auparavant, et quiconque détient la grande majorité de sa richesse en actifs financiers mise, explicitement, sur le fait que ces expériences se dérouleront exactement comme prévu.

 

Déficits chroniques

Les déficits fiscaux du gouvernement fédéral semblent hors de contrôle et sont près d’atteindre $1,000 milliards. Les dépenses déficitaires massives ont toujours mené à l’inflation, et l’inflation est normalement favorable à l’or et à l’argent. Quoique pas toujours, la corrélation étant faible, surtout lorsque l’inflation est faible (sous 5%). Notez, par exemple, que l’or est descendu de son pic en 1980 à son bas de 1998 durant une période de 18 ans avec une faible inflation. Tôt ou tard, je m’attends à ce que ces déficits budgétaires extaordinaires se traduisent en une inflation extraordinaire.

 

Les risques du système bancaire

La raison #3, l’assurance contre une catastrophe majeure dans le système bancaire, est une part importante de mon raisonnement pour posséder de l’or.

Et laissez-moi être clair : je ne parle pas d’or « papier », qui inclut les instruments variés (comme le ETF « GLD ») que vous pouvez acheter comme des parts, via votre broker. Je parle d’or ou d’argent physique, à cause de leur capacité spéciale à demeurer hors du système bancaire ou monétaire, tout en agissant comme actifs monétaires.

Presque tous les autres instruments financiers, incluant notre dollar US en papier, est à la fois la responsabilité de quelqu'un d'autre. Mais l’or ou l’argent physique ne l’est pas. Ils ne sont simplement, ennuyeusement, que des actifs. Ce qui est une caractéristique difficile à reproduire.

Si le système bancaire devait subir un effondrement systémique, ce à quoi j’attribue une très haute probabilité de 1 sur 3 d’ici cinq ans, je m’attends à ce que les banques ferment pendant une certaine période. Que ce soit pour deux semaines ou pour six mois n’a pas d’importance; quelle qu’en soit la durée, je préférerais détenir de l’or plutôt que des dépôts bancaires.

En cas de fermeture bancaire, votre argent sera gelé, pendant que tout ce qui a un prix en argent (surtout les biens importés) grimperait vertigineusement. Quand vous pourrez enfin récupérer votre argent, vous vous rendrez compte qu’une grande partie en a été perdue sous l’effet d’une devise qui s’effondre. Comment éviter cela? Facile : gardez de l’ « argent » en dehors du système pour le dépenser en cas d'urgence. Je suggère toujours de prévoir trois mois de dépenses en cash, mais vous vous devez de posséder aussi de l’or et de l’argent-métal.

Une répétition générale de fermeture bancaire a eu lieu récemment à Chypre, où les gens se sont réveillés un matin et ont découvert que leurs comptes étaient gelés. Ceux qui avaient beaucoup en dépôt ont vu une part non négligeable de ces fonds saisis, afin que les créanciers privilégiés, les détenteurs d’obligations, puissent éviter les pertes.

La plupart des gens, ou tout du moins ceux qui suivent la chose, ont appris deux choses de ce qui s’est passé à Chypre :

- Durant une crise, ceux qui ont le pouvoir vont faire tout ce qu’ils peuvent pour s’assurer que les pertes soient réparties dans la population, plutôt que subies par les quelques rares institutions et individus qui devraient les subir.

- Si vous faites un dépôt dans une banque, vous n’êtes qu’un créditeur non assuré de cette institution, ce qui signifie que, légalement, vous êtes le dernier en ligne à être payé, si l’institution fait faillite.

 

Potentiel de re-monétisation de l’or

La dernière raison de détenir de l’or, est qu’il pourrait être re-monétisé. Cela m’attire beaucoup. Même si la probabilité que cela arrive est faible, il pourrait être très, très profitable de détenir de l’or si cela arrivait.

Voici quelques chiffres : la quantité totale d’or « officiel », ou celle détenue par les banques centrales à travers le monde, est de 31,320 tonnes, ou 1,01 milliard d’onces. En 2013, la masse totale de monnaie dans le monde était d’environ $55,000 milliards.

Si l’on voulait adosser toute la monnaie existante à l’or, cela impliquerait que le prix d’une once d’or soit de $54,455 ($55,000 milliards / 1,01 milliard oz).

Clairement, ce chiffre est délirant (vraiment?). Mais, si l’on adossait la monnaie à 10% avec de l’or, cela donnerait $5,400 l’once. Il n’est pas question ici de sortir des chiffres extraordinaires, mais tout simplement de faire remarquer que, à moins qu’une grande partie de la masse monétaire ne soit détruite d’une certaine manière, ou que plus d’or « officiel » ne soit acheté sur le marché et conservé dans des mains officielles, adosser ne serait-ce qu’une infime partie de la masse monétaire sur l’or donnerait un prix beaucoup plus élevé qu’aujourd’hui ($1,300).

 

La différence entre l’or et l’argent

Souvent, les gens me demandent si je possède de l’or-et-de-l’argent, comme s’il s’agissait d’un seul mot. Je possède les deux, mais pour des raisons complètement différentes.

L’or, pour moi, est une substance monétaire. Il a des qualités de monnaie, et il a servi de monnaie à plusieurs civilisations à travers l’Histoire. Je m’attends à ce que cela continue.

Il existe une petite chance que l’or soit re-monétisé à l’international, à cause de l'échec du présent régime de monnaies fiduciaires. Si ou quand ce régime faillira, il devra y avoir une certaine forme de remplacement, et le seul que nous savons qui fonctionne correctement est le standard or. Donc, un standard or renouvelé a de grandes chances de faire partie du « nouveau » système qui sera choisi pour affronter les prochaines difficultés.

Donc, l’or est la monnaie.

L’argent est un métal industriel avec toute une panoplie d’attributs enviables et irremplaçables. C’est l’élément le plus conducteur sur le tableau périodique et, donc, il est largement utilisé dans l’industrie électronique. Il est utilisé pour plaquer des essieux dans les moteurs d’avions à réaction, et comme additif anti-microbien avec à peu près tout, de la peinture aux fibres de vêtements. Dans presque tous ces usages, et un millier d’autres, il est utilisé en quantités si infimes que cela ne vaut pas la peine d’essayer de le récupérer à la fin de son cycle de vie... alors, souvent, il ne l’est pas.

À cause de cet effet de dispersion, l’argent hors terre est un peu moins abondant qu’on pourrait le penser. Quand l’argent était utilisé principalement pour des buts de monnaie et de décoration, la quantité d’argent hors terre augmentait chaque année. Mais après que les usages industriels se sont additionnés, cette tendance s'est renversé et, aujourd’hui, on considère qu’environ la moitié de tout l’argent extrait dans l’histoire humaine est dispersé à jamais.

À cause de cette dynamique de consommation, il est entièrement possible que, d’ici vingt ans, pas une seule once d’argent ne sera ajoutée aux inventaires, alors que, contrairement à cela, quelques milliards d’onces d’or seront ajoutées.

Je détiens de l’or en tant que métal monétaire. Je détiens de l’argent à cause de ses qualités résiduelles de monnaie, mais surtout parce que je crois qu’il continuera à être demandé pour les usages industriels pendant de nombreuses années, et qu’il deviendra très rare.


Source originale: Peakprosperity


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Goldbroker ™  La Rédaction

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits