Le QE de la BCE, une drogue qui fait disparaître les déficits budgétaires

Publié par Philippe Herlin | 9 avr. 2015 | Articles

Mario Draghi a donc lancé son QE en mars, après de longues tergiversations, et il se monte à 60 milliards d’euros par mois, nous le savons. Mais il existe un aspect de ce plan dont nous n’avons pas vraiment pris conscience : il permet de financer en totalité, et même au-delà, le déficit budgétaire des principaux pays européens ! Le déficit des comptes publics devient totalement indolore : si les investisseurs fuyaient subitement un pays, la banque centrale pourrait sans problème prendre le relais.

Revenons aux chiffres. Les 60 milliards d’euros du plan d’assouplissement quantitatif sont répartis entre les différents pays de la zone euro en fonction de leur part au capital de la Banque Centrale Européenne (BCE). Pour la France, qui détient 14,22% des parts, cela représente donc 8,5 milliards d’euros par mois (14,22% de 60 milliards). Or, si l’on multiplie ces 8,5 milliards d’euros par les 12 mois de l’année, on arrive à 102 milliards d’euros, soit plus que le déficit budgétaire (85 milliards d’euros en 2014). Bien sûr, la France doit emprunter pour financer son déficit, mais aussi pour financer les emprunts arrivant à échéance, cependant le rapprochement est saisissant. Ces 102 milliards d’euros représentent le QE "national" en quelque sorte, comme si la France revenait au franc et faisait tourner sa planche à billets de façon à financer l’intégralité de son déficit budgétaire. Une politique en général digne des régimes au bord de la faillite (type Venezuela ou Argentine) mais ici, dans le cadre de la BCE, tout cela passe pour quelque chose de très sérieux…

Il en va de même pour l’Italie, qui possède 12,5% du capital de la BCE, ce qui donne un QE "local" de 7,5 milliards d’euros par mois, soit 90 milliards par an, c'est-à-dire presque le double de son déficit budgétaire (48 milliards en 2014). Idem pour l’Espagne (8,3% du capital) avec un QE de 60 milliards d’euros par an pour un déficit budgétaire de 33 milliards. On ne parle même pas de l’Allemagne qui peut s’autoriser un QE de 136 milliards d’euros par an alors que son déficit budgétaire a disparu !

Ce déluge de liquidité va contribuer à écraser encore plus les taux d’intérêt et à déresponsabiliser les gouvernements en place puisque le financement de leurs déficits ne leur coute plus rien. Au fur et à mesure que les anciens emprunts sont remplacés par de nouveaux émis à des taux proches de zéro, ou même négatifs, le coût de la dette va diminuer ; alors pourquoi se fatiguer à réduire les dépenses publiques, et à se fâcher avec ses clientèles électorales ? Ce phénomène se voit déjà en France, avec une dette qui augmente, un déficit qui ne baisse pas, mais un coût des emprunts qui reflue. Bulle obligataire et prix sans rapport avec la réalité, gouvernements déresponsabilisés refusant toute réforme structurelle, voici le résultat de ce QE !

Redisons-le : faire tourner la planche à billets pour un montant nettement supérieur au déficit budgétaire est une politique digne d’un pays en déroute. Aux Etats-Unis, le dernier QE se montait à 90 milliards de dollars par mois, soit 1080 milliards par an, c'est-à-dire tout de même un peu moins que le déficit budgétaire (sur la période 2009-2012) ; en Europe nous sommes largement au-dessus, il faut donc s’attendre à des effets délétères considérables.


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Philippe Herlin  Chercheur en finance / Membre de l'équipe éditoriale de Goldbroker.com

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :