Quand la bulle bancaire éclatera

Publié par Egon Von Greyerz | 23 oct. 2015 | Articles

Nous venons d’avoir une nouvelle confirmation que les banques gèrent des sommes dont elles ne comprennent pas l’ampleur elles-mêmes. Un employé subalterne de la Deutsche Bank (DB) a payé 6 milliards $ à un hedge fund, ce qui correspondait à la valeur de la position brute, alors qu’il aurait dû payer la valeur nette. Cela démontre l'exposition incontrôlable du système bancaire, ce qui entraînera finalement sa perte.

Comment un employé subalterne d’une grande banque peut-il payer 6 milliards $ sans aucun contrôle ? Ce monde est devenu fou. Les gouvernements impriment des milliers de milliards, les banques émettent des millions de milliards de produits dérivés, et les banques transigent des centaines de milliards chaque semaine. Les zéros ne veulent plus rien dire et n’ont plus de valeur. C’est la routine pour les gens qui échangent ces sommes, et personne n’est au courant des risques de leur exposition réelle.

Souvenez-vous qu’en 1995, la Baring Bank s’est effondrée à Londres après avoir subi une perte de 827 millions de livres (1,3 milliard $). La chute de Barings a failli entraîner avec elle toutes les banques de Londres. L’impression monétaire et la création de crédit, vingt ans plus tard, ont créé un système financier incontrôlable, avec beaucoup trop d’effet de levier, et désespérément sous-capitalisé.

L'exposition de la Deutsche Bank aux produits dérivés est officiellement de 75 000 milliards $. L'exposition est probablement plus près de 100 000 milliards $, mais acceptons leurs chiffres pour le moment. Les fonds propres de la Deutsche Bank se montent à 83 milliards $. Cela signifie qu’une simple perte de 0,1% sur les positions brutes serait suffisante pour faire tomber la banque. Et il est virtuellement garanti que toute perte sur leurs produits dérivés excéderait 0,1% de la valeur brute. La Deutsche Bank est aussi trop grosse pour l’Allemagne : les positions sur les produits dérivés représentent 24 fois le PIB de l’Allemagne et sont égales au PIB mondial. Elle est clairement too big pour être sauvé, too big pour le pays et too big pour le monde entier ! Mais n’ayez crainte, la Bundesbank et la BCE essaieront quand même, et elles créeront ainsi une autre République de Weimar, avec son hyperinflation, pour l’Allemagne.

Quand la prochaine crise arrivera, les pertes sur les produits dérivés pourraient représenter 100% de l’exposition brute. La Grande crise financière qui a débuté en 2007 n’a été que temporairement pansée. L’exposition au risque dans le système financier est aujourd’hui beaucoup plus grande qu’en 2007. Les banques, bien sûr, avanceront que leur exposition nette est beaucoup plus faible… En théorie, cela est juste, mais si les contreparties font défaut, l’exposition brute devient la perte réelle.

Il est fort probable que l’exposition totale aux produits dérivés, d’au moins 1 500 000 milliards $, n'entrainera pas seulement une autre crise financière, mais bien un Grand désastre financier. Les diverses bulles créées par les gouvernements et les banques centrales ces dernières 25 années doivent imploser avant qu’une croissance réelle dans le monde puisse reprendre.

Mais les banques centrales n’abandonneront pas facilement. Elles imprimeront plus de monnaie que nous pouvons l'imaginer… Mais essayer de résoudre un problème en utilisant la même méthode qui l’a créé ne fera, bien sûr, que mener à une plus grosse bulle, un plus grand effondrement, et temporairement à de l’hyperinflation, avant une déflation dépressionnaire. Malheureusement, je considère que ce scénario a de fortes chances de se réaliser. Donc, la préservation de patrimoine est essentielle. La meilleure protection contre l’hyperinflation et la déflation est l’or physique (et l’argent). Souvenez-vous qu'en cas implosion déflationniste, aucun prêt ne sera remboursé, et le système bancaire ne survivra pas. Ainsi, l’or sera encore la monnaie, comme il l’a été durant 5 000 ans.


Source: GoldSwitzerland


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que "GoldBroker.fr tous droits réservés" est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.


Egon Von Greyerz  Membre du conseil d'administration de Goldbroker.com - Fondateur MAM

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :