Or : la tendance haussière n'est pas compromise par le rallye du dollar

Auteur Clive Maund | Publié par Goldbroker ™ | 7 mai 2018 | Articles

L'or continue de progresser vers une rupture d’un modèle de base majeur, une gigantesque configuration de tête-et-épaules inversée que nous pouvons constater à son avantage sur le graphique des dix dernières années ci-dessous. À l’heure actuelle, l'or lutte contre les vents contraires d'un rallye du dollar, mais qui ne l'arrêteront pas, car lorsque l'on évoque le rallye du dollar, cela signifie à l’encontre d'autres monnaies fiduciaires, qui sont toutes dans les dernières étapes d'un long voyage vers l’oubli. L'avilissement monétaire a commencé en 1913 avec la création de la Réserve fédérale, et s’est accéléré considérablement après l'abandon de l’étalon-or en 1971 par Nixon, puis a commencé à entrer dans sa phase terminale suite à la crise financière de 2008 ayant conduit à une orgie de création monétaire avec, pour aboutissement, l’assouplissement quantitatif.

 

 

Sur le graphique de dix ans, il semble que " tous les voyants sont au vert " pour l'or, avec une progression régulière du prix vers l’encolure de la résistance à la limite supérieure du modèle, sur une forte augmentation du volume, ce qui a poussé les indicateurs de volume vers de nouveaux sommets, signe d’une configuration relativement haussière. Regardez bien le volume représenté sur ce graphique - on le voit en expansion constante depuis que le prix a surgi du dernier point bas du marché baissier, fin 2015. La plus grande partie de ce volume a été  à la hausse, ce qui explique pourquoi les indicateurs de volume ont fortement progressé pour se diriger vers de nouveaux sommets. Il en est ainsi depuis PLUS DE DEUX ANS. Alors, pensez-vous vraiment qu’une tendance haussière qui persiste depuis tout ce temps puisse être compromise par un rallye du dollar d'une durée de deux semaines, voire même de deux mois ? C’est bien ce qu'il me semblait - moi non plus.

Nous allons désormais examiner la dernière partie de cette gigantesque configuration de tête-et-épaule inversée sur un graphique de trois ans. Ici, nous voyons plus en détail la tendance des plus bas plus élevés depuis le creux de fin 2015, lui-même très clairement haussier, tout comme l'alignement de la moyenne mobile, avec la moyenne à 200 jours augmentant fortement, mais pas trop. Ici encore, nous voyons l’impressionnante accumulation du volume à la hausse, qui a poussé les indicateurs de volume vers des nouveaux records au début de l'année, ainsi que l’OBV (indicateur non borné) qui flirte avec de nouveaux sommets. Ce graphique est également utile, car il nous permet de voir où toute réaction un peu plus profonde due au maintien de la vigueur du dollar est susceptible de se terminer, à l'une des deux lignes de tendance de soutien des creux qui sont affichés, et il est considéré comme beaucoup plus probable qu'une telle réaction s'arrêtera à la ligne de tendance supérieure. En outre, comme nous le verrons plus tard en observant les graphiques du dollar, il pourrait très bien se retourner à la hausse ici et casser ses résistances presque immédiatement, si le dollar devait se renverser et chuter.

 

 

Bien que le graphique de six mois soit limité d'un point de vue technique, il montre que l'or se trouve en réalité dans une période propice pour se relever, car il est proche d’une zone de soutien qui est soutenue par la moyenne mobile à 200 jours ascendante à proximité. Il semble donc que ce soit le bon moment pour accumuler les titres aurifères.

 

 

Une de nos préoccupations depuis la fin janvier est que la structure COT puisse empêcher une remontée importante, tout simplement parce que les positions vendeuses des "commerciaux" et les positions acheteuses des gros spéculateurs étaient trop élevées, en contraste flagrant avec celles de l’argent qui ont été résolument haussières, préoccupations qui se sont avérées justifiées, étant donné que l’or n'a pas progressé depuis la fin janvier. Il y quand même de bonnes nouvelles dans tout ça, car comme nous pouvons le constater sur le dernier graphique COT ci-dessous, bien que les positions restent moyennes, on note une tendance à l'amélioration, et elles pourraient encore s'améliorer si le dollar affichait un regain de vigueur sur le moyen terme, bien que l'on estime qu’elles se soient suffisamment atténuées pour permettre à l’or de se libérer.

 

 

Nous allons désormais examiner le dollar, dont le rallye impressionnant des deux dernières semaines a entraîné une chute de l'or. Bien que ce rallye ait rompu avec ce qui ressemble à un modèle de base intermédiaire, il est néanmoins considéré comme un rallye de contre-tendance à ce moment-là parce qu'il a résisté à une moyenne mobile de 200 jours en chute libre, et les moyennes mobiles demeurent en alignement baissier, comme nous pouvons le constater sur le dernier graphique de six mois ci-dessous. Il est donc intéressant d'observer qu’un doji en pierre tombale baissier s’est formé vendredi, où il a progressé en intrajournalier mais a été repoussé par les ventes pour finir là où elle en était à l'ouverture - ce qui représente un développement baissier à court terme, bien qu'il serait annulé par un mouvement au-dessus du sommet intrajournalier de vendredi.

 

 

Le graphique de l'indice du dollar sur deux ans ne semble guère encourageant pour les personnes haussières sur le dollar. Bien qu'ils puissent tirer un certain confort du fait que le dollar ait dépassé sa ligne de tendance baissière depuis le pic de fin 2016, ce dernier n'a pas rompu le canal baissier parallèle ajusté présenté, et se situe plutôt à sa limite supérieure, à la résistance et à sa moyenne mobile à 200 jours en baisse, une combinaison de circonstances qui devrait au moins conduire à une pause, si ce n’est à son retour en arrière, notamment du fait qu'il soit surachaté sur ses oscillateurs à court terme. En ne se basant que sur ce graphique, le dollar pourrait très terminer sa course ici, se retourner et entrer dans une nouvelle phase de déclin, ce qui serait une excellente nouvelle pour l'or et l'argent.

 

 

Il est intéressant de regarder en arrière et de regarder l’indice du dollar sur son graphique de cinq ans également, parce que nous pouvons voir sur ce graphique qu'il pourrait bien être à la limite inférieure d'une formation élargie gigantesque. Bien que ces tendances soient de nature baissières, ce qu'il leur arrive très souvent à ce stade est qu’une période de trading sauvage et erratique s’ensuit, suivie d'une rupture du modèle et d'un effondrement. Nous pourrions ainsi très bien voir une avancée notable du dollar à moyen terme avant qu’il ne décline à nouveau.

 

 

Le dernier graphique du dollar des Hedgers (opérateurs en couverture de risques) soutient l’idée d'un plus grand rallye du dollar car, comme nous pouvons le constater, les positions des Hedgers se situent à des niveaux qui, dans le passé, ont conduit à d’importants rallyes.

 

Graphique : sentimentrader.com

 

On pourrait penser, en se basant sur l’abus continu du dollar, qui va même en s’accélérant avec les dépenses extravagantes et les déficits récurrents, qu’il serait incapable d’entreprendre un rallye significatif à ce stade. Alors, comment un rallye du dollar est-il possible ? Premièrement, il est important de se rappeler que le dollar ne peut monter que par rapport à d’autres devises fiduciaires – toutes les devises majeures déprécient et perdent de la valeur à une vitesse record, y compris le dollar. Ensuite, nous devrions comprendre que la cabale néoconservatrice qui dirige les États-Unis et ses multiples intérêts à l'étranger repose sur le maintien du dollar en tant que devise de réserve mondiale, ainsi que sur recyclage des dollars en titres du Trésor américain. Il s’agit d’un système qui permet aux États-Unis de dépenser sans limites et d’en faire payer la note au reste de la planète, étant donné que tout ce qu’ils ont à faire pour recevoir des biens et des services du reste du monde est d’imprimer de plus en plus de papier, sous la forme de dollars et de bons du Trésor, aujourd’hui créés de façon électronique, et de les offrir en échange – ils peuvent engranger des déficits à perpétuité, sachant qu’ils peuvent toujours éventuellement gonfler la dette dans le futur. La raison pour laquelle le dollar monte en ce moment est que la Fed, tout doucement, augmente les taux d’intérêt progressivement, tandis que le Maître a ordonné aux États vassaux, comme l’Europe et le Japon, de garder leurs taux bas, afin de créer un différentiel – une différence tout juste assez importante pour attirer suffisamment de capitaux aux États-Unis pour soutenir le dollar et le marché des bons du Trésor. Même si l’économie venait à ralentir et que les marchés boursiers s’effondraient, cela ne serait pas un problème pour eux, vu que le marché obligataire est beaucoup plus gros et, donc, beaucoup plus important à leurs yeux que le marché boursier, et Trump pourrait être directement blâmé pour un krach boursier suivi de tensions économiques, se faire destituer et être remplacé par quelqu’un qui se conformerait mieux à la politique néoconservatrice.

Si le dollar perd son trône de devise de réserve mondiale, c’est la fin, le spectacle est terminé, et les États-Unis deviennent un pays parmi d’autres – un autre pays aux prises avec un problème de dettes trop élevées et paralysantes. C’est pour cela que les États-Unis feront tout leur possible, incluant l’invasion et la destruction d’autres pays, pour maintenir la domination du dollar – l’Irak et la Libye ont tous deux naïvement pensé qu’ils pourraient utiliser autre chose que le dollar, comme l’euro ou l’or, et ils ont été envahis et détruits. Ils feraient exactement la même chose avec la Russie et la Chine, s’ils pouvaient se le permettre, car la Russie et la Chine essaient aussi de contourner le dollar. Mais ces pays sont plus forts et plus puissants et, plus important, ils pourraient répliquer avec l’arme nucléaire.

Nous assistons à des mouvements tectoniques majeurs dans la structure de l'économie mondiale, des vieilles puissances occidentales corrompues vers les puissances émergentes asiatiques, en particulier la Chine, dont l’économie est destinée à éclipser celle des États-Unis d’ici peu. Ces puissances émergentes ne veulent pas s’agenouiller devant les Américains et leurs centaines de bases militaires réparties dans le monde entier, et leur "diplomatie de navires de guerre" semblable à celle du vieil Empire britannique : faites ce que l’on vous dit, sinon nous vous enverrons nos porte-avions pour vous bombarder. Elles comprennent que le talon d’Achille de l’Empire américain est la prédominance du dollar et des bons du Trésor, ainsi que le système de paiement SWIFT. Elles savent aussi que le moyen de réduire la puissance des États-Unis et de les "renvoyer chez eux" est de mettre fin au dollar comme réserve mondiale, et elles y travaillent assidûment. La pierre angulaire de cette politique consiste à acheter le plus d’or possible, avec le but éventuel d’y adosser leurs devises (le Yuan, mais aussi le rouble et d’autres). Lorsqu’elles y seront parvenues, le dollar s’effondrera réellement jusqu’à devenir sans valeur, l’économie américaine implosera, et il sera simplement impossible de financer adéquatement leur armée gargantuesque, ce qui mettra fin à leurs aventures hégémoniques outremer, et les centaines de bases militaires deviendront des villes-fantômes… et Israël va soudainement se retrouver bien seule. Les puissances asiatiques n’adosseront pas leurs devises à l’or avant qu’elles ne soient en mesure de résister à l’agression américaine que cela provoquera – elles ne sont pas aussi stupides. C’est pourquoi elles augmentent et modernisent leurs capacités militaires aussi rapidement que possible.

Il va sans dire que les néoconservateurs américains ne resteront pas les bras croisés, et c’est pourquoi ils continuent avec leur plan d’affaiblissement de la Russie et de la Chine à la vitesse grand V. Comme je l’ai mentionné plus haut, ils ne peuvent pas les attaquer directement, à cause de leurs capacités nucléaires, mais ils le feraient s’ils le pouvaient. Ils s'en prennent donc à eux sur le plan économique, et ils commencent par la Russie, dont l’économie est beaucoup plus modeste que celle de la Chine. Une fois que vous avez compris cela, tout se met en place, et vous dites "eurêka!" : le coup d’État en Ukraine, fomenté par les Occidentaux, pour y installer un gouvernement fantoche dans un pays qui pourrait servir, plus tard, comme plateforme de missiles, les sanctions imposées à la Russie après qu’elle eut "envahi" la Crimée, la complot avec l’Arabie saoudite pour faire s’effondrer le prix du pétrole, il y a quelques années, pour infliger des dommages économiques à la Russie, l’attaque douteuse au gaz en Syrie, il y a quelques semaines, en partie pour prétendre que la Russie était complice, ce qui justifierait d’autres sanctions, etc., etc., et, bien sûr, la campagne de haine anti-Russie qui n’arrête pas dans les médias occidentaux contrôlés, pour essayer de justifier ces actions et préparer l’opinion publique en vue de possibles actions militaires contre la Russie. La Chine devrait prendre note de tout cela, parce que si la Russie est affaiblie, la Chine suivra. En fait, les néoconservateurs piaffent d’impatience, et ils le démontrent en imposant des droits de douane à la Chine pour essayer d’affaiblir son économie, ne semblant pas réaliser que les tarifs douaniers fonctionnent dans les deux sens.

Les puissances asiatiques devraient créer un axe de défense. La Russie devrait fournir un parapluie nucléaire à l’Iran, et aussi à la Turquie, si elle veut se joindre au club – la Turquie a courtisé l’Union européenne par le passé, et permis aux États-Unis d’utiliser ses bases militaires. Elle devrait changer de cap et s’aligner avec la Russie, qui est beaucoup plus proche que les États-Unis, en passant. La Chine devrait aider économiquement la Russie, afin d'atténuer les impacts de l’assaut économique occidental. La plupart des pays d’Europe sont des vassaux des États-Unis, agissant comme des marionnettes – la Pologne devrait bien le savoir, s’étant fait piétiner dans les deux sens pendant des siècles. En acceptant sur son territoire des missiles de l’OTAN pointés vers la Russie, elle recherche vraiment la confrontation, tout comme les États baltiques et la Roumanie. Le Japon est aussi un vassal des États-Unis, ce qui le place dans une position très périlleuse, car si cela fait l’affaire des néoconservateurs d’avoir des missiles au Japon pointés vers la Chine, toute proche, une telle situation en fait une cible, une cible très proche et densément peuplée.

Le regretté Larry Edelson a souligné dans Winds of World War III et à de nombreuses autres occasions qu’il y a une convergence très dangereuse des cycles de guerre qui devraient atteindre un pic en 2019-2020, et, de la façon dont les choses se profilent, il semble bien que le monde ne s’en sortira pas sans conflits majeurs.

Si vous êtes toujours en train de lire ceci, vous comprendrez que ce dont nous sommes les témoins ici est la concrétion de deux axes opposés de puissance gigantesque, celui de l’Occident, et celui d’Asie, qui amènera les deux côtés vers une potentielle 3ème Guerre mondiale. Les pièces sont en train de se mettre en place. Nous n’avons pas assisté à ce genre d’agression prédatrice des néoconservateurs américains et de leurs États vassaux depuis Hitler et les nazis, et, comme l’histoire le démontre amplement, si vous cherchez le conflit, vous le trouvez.

En ce qui concerne le timing de l’adossement à l’or des devises asiatiques, comme mentionné ci-dessus, il ne faut pas s’attendre à ce que ces pays le fassent avant d’être prêts à faire face aux potentielles répercussions militaires qui pourraient en résulter. Mais lorsque cela arrivera, l’or partira en fusée vers la lune.

En rapport : Les rapatriements d'or sont annonciateurs d'une guerre monétaire et d'un conflit armé


Source originale: Clivemaund


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Goldbroker ™  La Rédaction

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits