L'or attaqué via les ventes à découvert de contrats à terme

Publié par Gold Broker | 7 mai 2017 | Articles

L’or s’est replié sévèrement ces deux dernières semaines, ce qui a alimenté un sentiment assez baissier. Bien que plusieurs facteurs puissent expliquer ces ventes massives, le catalyseur qui les a déclenchées a été la vente à découvert de contrats à terme sur l’or. Ces violentes vagues de ventes sont particulièrement synchronisées et exécutées en vue de manipuler le prix de l’or à la baisse. Les traders se doivent de comprendre ces événements, car ils sont, de façon inhérente, auto-limitatifs, et bientôt haussiers.

Les attaques effectuées via la vente massive de contrats à terme sur l’or sont réelles, comme le prouvent les volumes et les prix sans précédent. Je les étudie depuis plusieurs années maintenant, et j’écris à ce sujet dès qu’elles surviennent. Mais il est essentiel de réaliser que ces évènements rares ne sont responsables que d’une infime fraction des ventes d’or totales. La plupart du temps, ces ventes massives d’or sont dues à des facteurs bien plus normaux, et non aux ventes à découvert.

Ces attaques isolées sont souvent utilisées pour démontrer que le prix de l’or est activement manipulé. Mais, que ce soit vrai ou non, les attaques via les ventes à découvert ne peuvent expliquer que de petits mouvements sporadiques dans le comportement du prix de l’or. Lorsqu’elles ont lieu, leur impact peut être désastreux, mais elles sont toujours de courte durée. Cela est dû au fait que les ventes massives nécessaires à l’exécution d’une attaque sont d’un niveau trop extrême pour être supportées. 

Ces ventes à découvert de contrats à terme sur l’or sont, naturellement, un sous-ensemble du trading de contrats à terme, qui domine les prix à court terme. Les spéculateurs sur les contrats à terme ont un impact disproportionné sur les prix de l’or pour plusieurs raisons. Le prix dérivé du marché américain des contrats à terme sur l’or est le prix de référence mondial. Peu importe ce que les spéculateurs font, en troupeau, cela affecte grandement la psychologie populaire chez les traders d’or du monde entier. 

La spéculation sur les contrats à terme est un multiplicateur de sentiment. Lorsque les spéculateurs achètent de l’or et en font grimper le prix, d’autres traders deviennent haussiers et commencent à investir leur capital. Ce cercle vertueux se nourrit de lui-même. Mais lorsque les spéculateurs vendent des contrats à terme sur l’or et font baisser le prix, les autres traders deviennent nerveux et baissiers. Ils ont alors tendance à se joindre à la vente, ce qui accentue le déclin. Les traders suivent les signaux envoyés par les mouvements du marché des contrats à terme sur l’or.

En plus de cela, les contrats à terme sur l’or ont un effet de levier extrême, ce qui amplifie grandement leur impact sur le prix de l’or. Chaque contrat à terme contrôle 100 onces Troy d’or. À 1 250 $ l’once, cela représente une valeur notionnelle de 125 000 $. Mais la marge requise pour échanger un contrat à terme n’est que de 4 200 $. Donc, un spéculateur qui utilise une marge minimale peut jouir d’un effet de levier de presque 30 ! La limite légale sur les marchés actions est de deux…

Comparé aux investisseurs normaux dans l’or, qui achètent sans effet de levier, chaque dollar de capital misé par les spéculateurs peut avoir 20 à 30 fois plus d'impact sur le prix de l’or ! Alors, même si l’investissement réel dans l’or écrase le marché des contrats à terme, ce dernier, à court terme, mène la danse. Le levier extrême inhérent aux contrats à terme sur l’or est la seule raison pour laquelle les attaques sont même possibles.

Le mécanisme d’une attaque via la vente à découvert de contrats à terme sur l’or est simple. Un gros spéculateur, seul ou en groupe, se met à vendre des contrats à terme à un rythme effarant, ce qui peut n’être supporté que quelques minutes. Cela crée une pression de vente trop forte pour le marché, bien supérieure au rythme normal de transactions. Le déséquilibre extrême du côté des ventes force le prix de l’or à plonger avant qu’assez d’acheteurs n’émergent pour les absorber. 

Les spéculateurs qui orchestrent ces attaques espèrent ainsi provoquer des ventes massives de contrats à terme. À cause du levier extrême, les traders ne peuvent pas se permettre de se tromper longtemps. Avec un effet de levier de 25, un simple mouvement de 4% du prix de l’or contre une position peut entraîner une perte de 100% du capital risqué ! Alors, ces vendeurs à découvert espèrent que leur opération-éclair de vente forcera les spéculateurs de l’autre côté, ceux qui ont des positions acheteuses, à capituler et vendre, le plus souvent via des ordres mécaniques de vente stop.

Ces ventes additionnelles de contrats à terme sur l’or poussent le prix encore plus à la baisse, déclenchant encore plus d’ordres-stop. Lorsque le prix de l’or est beaucoup plus bas, les spéculateurs qui ont déclenché l’attaque commencent progressivement à acheter des contrats à terme pour se couvrir et fermer leurs positions. En rachetant à un prix inférieur à celui auquel ils ont vendu, ils génèrent des profits. L’ensemble du processus est très rapide : il se compte en minutes pour les ventes à découvert, et en heures pour le rachat. 

Ces attaques sont faciles à identifier, parce que le volume de transactions devient extrême. Chaque semaine, la Commodity Futures Trading Commission publie le détail des positions acheteuses et vendeuses des spéculateurs dans son fameux rapport Commitments of Traders (CoT). 20 000 contrats à terme sur l’ensemble d’une semaine est considéré comme une grosse variation… mais lors des attaques, 20 000 contrats sont déversés en quelques minutes !

Le graphique ci-dessous nous montre le total des positions acheteuses et vendeuses sur le marché à terme de l’or depuis 2015, respectivement en vert et rouge. L’or lui-même est surperposé en bleu. Il est incroyable de voir comme les transactions collectives des spéculateurs sur le marché à terme dominent les mouvements du prix de l’or à court terme. J’ai écrit plusieurs essais à ce sujet, le plus récent à la fin de février. Les mouvements du prix de l’or ne peuvent être compris sans suivre les contrats à terme.

 

 

Il y a quelques semaines à peine, quand l’or se dirigeait vers 1 290 $, une série d’attaques fut enclenchée. Elles firent baisser rapidement le prix de l’or, annulant ainsi sa récente cassure au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours. Afin de comprendre ce qu’il vient d’arriver à l’or, et pourquoi cela est, en fait, très haussier, regardons une attaque passée. Celle qui a eu lieu en juillet 2015 a été un succès.

Lors de ce bel été d’il y a deux ans, l’or était relativement bas, mais stable. Depuis des mois, il oscillait entre 1 175 $ et 1 200 $, avec des bas à 1 150 $ et des hauts à 1 225 $. Vendredi le 17 juillet, une actualité sur l’or fut publiée. Depuis avril 2009, le gouvernement chinois prétendait ne pas avoir accumulé d’or pour les réserves de sa banque centrale, même si peu de gens dans le secteur de l’or y croyaient. 

Ce jour-là, soudainement, la Banque populaire de Chine déclara que ses réserves d’or s’élevaient à 1 658 tonnes métriques. Soit une hausse de 57% par rapport aux chiffres publiés auparavant, même si ces nouvelles données sont probablement fausses et sous-estimées. Mais ces chiffres étaient inférieurs aux estimations des analystes selon lesquelles la Banque populaire de Chine détenait au moins 3 500 tonnes d’or. Alors, l’or a perdu 1% et est descendu à 1 134 $, sous le plus bas de sa fourchette estivale. Naturellement, le sentiment est devenu assez baissier.

Alors que l’or était au bord d’une cassure technique, un gros spéculateur décida de lancer une attaque de vente à découvert pour accélérer le processus. L’exécution de cette attaque fut particulièrement machiavélique, survenant tard, un dimanche soir, alors que le volume de transactions était exceptionnellement bas. Même si la grande majorité des transactions sur le marché à terme de l’or se déroulent durant les heures d'ouverture du marché américain, les transactions électroniques peuvent se faire 23 heures par jour. 

Donc, le lundi de trading aux États-Unis débute en fait le dimanche soir, à 18h, heure de New York. C’est bien avant l’ouverture des marchés asiatiques… donc toute transaction anormale sur l’or ne peut venir que de la session prolongée du marché américain. Ce dimanche 19 juillet, alors que personne ne faisait attention, un gros trader déversa 24 000 contrats à terme sur l’or en seulement une minute ! 

La hausse du volume fut tellement extrême que, dans cette seule minute, des interruptions de transactions de 20 secondes ont été déclenchées à deux reprises ! Cela veut dire qu’il n’a fallu que quelques secondes pour déverser tous ces contrats. Le prix de l’or chuta de 48 $, à 1 086 $, dans cette seule minute ! Cela constituait un nouveau bas séculaire pour l’or, ce qui a été dévastateur pour le sentiment. J’ai écrit en détails sur cet événement.

Évidemment, la seule raison de vendre plus de 20 000 contrats à terme sur l’or en quelques minutes est d’essayer de manipuler le prix de l’or à la baisse. Les spéculateurs détenteurs de positions acheteuses et qui veulent sortir ne vendent jamais aussi rapidement, vu que cela fait descendre le prix trop vite et ruine leur prix de sortie. C’est la même chose pour les spéculateurs détenteurs des positions vendeuses. S’ils anticipent une baisse de l’or, ils vendent progressivement, afin d’obtenir les meilleurs prix d’entrée. 

Les spéculateurs, des deux côtés, veulent vendre les contrats à terme sur l’or au plus haut prix possible. Alors, ils ne sabotent pas leurs sorties et entrées en déversant beaucoup plus de contrats que le marché ne peut supporter. Les spéculateurs rationnels et normaux entrent ou sortent de grosses positions, par rapport au volume de marché, progressivement, en plusieurs heures. Un ordre de vente ou d’achat de 20 000 contrats en plusieurs morceaux et étalé sur plusieurs heures aura beaucoup moins d’impact sur le prix. 

Cette opération-éclair de ventes massives, un dimanche soir de juillet 2015, a été spécifiquement orchestré et exécuté pour manipuler le prix de l’or à la baisse. Cela a marché ! Mais le sentiment ne resta pas baissier bien longtemps. Le bas à 1 086 $ atteint au moment où ces ventes à découvert cessèrent fut le plus bas atteint par l’or. L’aspect positif des ventes à découvert sur le marché à terme de l’or est que tous ces contrats doivent être rachetés pour fermer les positions. 

La vente à découvert consiste à emprunter des contrats à termes sur l’or contre le versement d’un intérêt, à les vendre, puis à attendre que le cours baisse pour les racheter et les rendre au prêteur, en ayant donc réalisé un profit. Alors, chaque contrat vendu à découvert doit être fermé par l’achat d’un contrat pour contrebalancer. La vente à découvert de 20 000 contrats garantit que 20 000 contrats seront rachetés dans un avenir proche. Ainsi, les attaques sur le marché à terme de l’or sont auto-limitatives. 

Étant donné que la couverture, après une attaque, vient progressivement, cela n’apparaît pas de facon évidente dans le volume de transactions, comme avec les ventes à découvert initiales. Il n’y a aucun moyen de savoir à quel moment ces spéculateurs ont couvert leurs positions. Mais l’or n’a que légèrement baissé dans les semaines qui ont suivi. Le lundi qui a suivi l’attaque du dimanche soir, l’or a clôturé près de 1 098 $. Au pire, au début du mois d’août, l’or a décliné à 1 084 à la clôture. Il a ensuite débuté son rallye haussier. 

Les attaques sur le marché à terme de l’or ont pour objectif de manipuler la psychologie de troupeau afin de déclencher des ventes en cascades. Mais ceci fonctionne surtout avec les autres spéculateurs qui utilisent un hyper-effet de levier. Les investisseurs dans l’or physique n’utilisant pas d’effet de levier, une baisse de quelques points de pourcentage ne représente pour eux qu’une perte proportionnelle mineure. Alors, ces attaques ne les poussent généralement pas à vendre. Ce sont uniquement les spéculateurs sur le marché à terme de l’or qui sont forcés de se retirer, et ce processus est rapide. 

Après cette attaque de juillet 2015, l’or a touché un bas de 4,4% sous ses niveaux d’avant l’attaque, moins de trois semaines plus tard. À ce moment-là, les ventes étaient exécutées, et tous les traders susceptibles de vendre bas avaient déjà vendu. Il ne restait que les acheteurs, alors l’or grimpa progressivement de 9,6%, à 1 188 $, dans les dix semaines suivantes ! Les attaques via les ventes à découvert aspirent les positions vendeuses de court-terme et se débarassent de la pression baissière.

Ce qui s’est passé ce dimanche de juillet 2015 est le meilleur exemple récent d’une attaque via la vente à découvert de contrats à terme sur l’or. Même si cette attaque a fait très mal aux indicateurs techniques et au sentiment, cela ne dura pas. Les 24 000 contrats déversés en une minute devaient être couverts par des positions acheteuses pour contrebalancer, et le sentiment baissier fit bientôt place à l'épuisement des ventes. L’or monta fortement après cette attaque manipulatrice.

Avec cela en toile de fond, tournons nous vers avril 2017, il y a quelques semaines seulement. Au milieu du mois, l’or allait très bien. Il avait grimpé de 7,4% en seulement quatre semaines suite à la troisième hausse de taux d’intérêt de la Fed, ce qui était  anticipé comme un évènement ultra baissier pour l’or. Un gros spéculateur ou un groupe d’entre eux ont commencé à tester la baisse de l’or, mardi 18 avril, avec la vente à découvert de contrats à terme.

C'est arrivé tout juste avant 10h ce jour, heure de New York, au moment où débute la nouvelle enchère qui remplace l’anachronique London Gold Fix. On l’appelle maintenant LBMA Gold price auction, et elle ne devrait même pas exister dans ce monde moderne de continuelle découverte de prix. Le timing précis du fix le rend sujet à la manipulation, comme l’ont prouvé plusieurs études académiques, et même quelques poursuites légales. 

Les gros traders avec des contrats liés à ce fix peuvent essayer de faire bouger le prix juste avant l’enchère. Ils le font, surtout à la baisse. Ce jour-là, juste avant la nouvelle enchère de la LBMA, quelqu’un déversa 22 000 contrats à terme sur l’or en quelques minutes. Mais l’or n’a quasiment pas plié sous la pression, ne glissant que de 1 286 $ à 1 279 $. Il grimpa alors pour clôturer en hausse de 0,4%, à 1 289 $! 

Cette attaque n’est certainement pas passée inaperçue, mais elle a échoué misérablement. La tendance était vraiment haussière pour que le marché à terme de l’or puisse absorber tant de ventes si rapidement sans plonger. Cela semblait être une attaque isolée jusqu’au jour suivant quand, encore une fois, juste avant le fix, une attaque encore plus extrême fut exécutée. 

Mercredi 19 avril, juste avant 10h encore une fois, quelqu’un a déclenché un ordre de vente de 25 000 contrats à terme sur l’or en une seule minute ! L’intensité de telles attaques se détermine à la fois par le nombre de contrats vendus et le laps de temps rapproché dans lequel ils sont déversés. Cette attaque était un peu plus grosse et plus courte que celle de juillet 2015, donc plus intense. Mais son impact fut léger.

L’or plongea de 1 286 $ à 1 275 $ en quelques minutes, et puis remonta pour clôturer à 1 280 $, ou -0,7%. Si cela était arrivé un dimanche soir, l’impact sur le prix aurait été bien plus important. Les attaques sur le marché à terme de l’or sont plutôt rares, alors deux de suite en deux jours étaient extrêmement suspectes. Un gros spéculateur essayait activement de manipuler le prix de l’or à la baisse de façon effrontée, au grand jour. 

Nous approchions du troisième vendredi d’avril, date d’échéance des options. C’était après la forte hausse de l’or dans le mois suivant la dernière hausse des taux de la Fed, à la mi-mars, ce que l’on croyait fortement baissier pour l’or. Alors, je me suis demandé si quelque gros trader, comme un hedge fund, était confronté à de grosses pertes sur des contrats à terme ou des options sur l’or. Peut-être que ce trader craignait que si l’or dépassait les 1 300 $ cela déclencherait des achats dans le monde entier.

Quelles que soient les motivations de ces attaques, l’or s’est montré remarquablement résistant. Le jeudi et le vendredi suivants, aucune vente anormale avant le fix de 10h n’a été observée. Il semblait que nous étions sortis d'affaires. Le premier tour de l’élection présidentielle française a eu lieu ce dimanche 23, et tout s’est déroulé exactement comme l’attendaient les sondeurs et les traders. Les gagnants n’ont pas surpris les marchés. 

Le pire scénario, qui n’a pas eu lieu, aurait été d’avoir au second tour la populaire candidate d’extrême-droite (Marine Le Pen) et un candidat d’extrême-gauche (Jean-Luc Mélenchon). Tous deux sont ouvertement opposés à l’euro et à l’Union européenne. Mais Emmanuel Macron, le vainqueur des deux tours, est un modéré, pro Europe. Donc, il n’y eut pas de mauvaise surprise venant de France !

Pourtant, ce même dimanche soir, à 18h, heure de New York, à l’ouverture de la session électronique, un important ordre de vente frappa les marchés. C’était bien avant que les marchés asiatiques n’ouvrent, alors il s’agissait certainement d’une action américaine. Alors que le volume était très bas ce dimanche soir, l’or plongea de 1 284 $ à 1 265 $. Cette troisième attaque a finalement été un succès.

Il s’agissait du même mode opératoire que celui du chef-d’œuvre de juillet 2015 : une opération-éclair du dimanche soir pour déclencher des ventes d’ordres-stop chez les autres spéculateurs détenteurs de positions acheteuses. Même si l’or n’a corrigé que de 19 $ en quelques minutes, comparé à la chute de 48 $ de juillet 2015, cela causa assez de dommages au sentiment. Cela a provoqué des ventes d’or, qui ont continué et se sont accélérées jusqu’à cette semaine.

Souvenez-vous que les attaques de ventes à découvert sur le marché à terme de l’or sont extrêmes et rapides – plus de 20 000 contrats déversés en quelques minutes seulement. Comme l’or a rebondi en force à 1 276 $ quelques heures seulement après la dernière attaque, les contrats déversés avaient probablement été déjà couverts. En effet, le rapport Commitments of Traders (CoT) ne montrait qu’une hausse de 2 500 contrats dans le total des positions vendeuses des spéculateurs. L’attaque était terminée.

Mais cela a décuplé la psychologie baissière, provoquant d’autres ventes des spéculateurs détenteurs de positions acheteuses. Dans le mois précédant l'attaque du dimanche soir, le total des contrats acheteurs détenus par les spéculateurs avait grimpé de 23%, ou 62 000 contrats. Cela signifie qu’il y avait beaucoup de vente à faire si tous ces nouveaux paris à la hausse étaient liquidés. C’est ce qui arrive depuis l'attaque déclencheuse. 

Même si cela peut sembler déprimant à court terme, ces ventes sont, en fait, haussières. Les attaques ressemblent à des opérations d’ensemencement des nuages pour empêcher de sévères orages. Les ventes découlants de l’attaque sont comme la pluie fine qui prévient l’apparition de grêle plus tard. Tous les spéculateurs susceptibles de vendre seront bientôt forcés de le faire, et cela mettra fin aux ventes. Il ne restera que les acheteurs, ce qui provoquera un rallye de l’or durant plusieurs mois.

Après le repli causé par l’attaque, l’or est prêt à rebondir de belle manière. Tôt ou tard, des évènements pourraient causer la chute des marchés boursiers. Cela déclenchera une forte demande pour l’or, à la fois des spéculateurs et des investisseurs. Les spéculateurs sur le marché à terme voulant reconstruire leurs positions acheteuses causeront un rallye de l’or, comme on l'observera dans le principal ETF d’or, GLD SPDR Gold Shares, un titre prisé par les investisseurs.

Mais les forts gains à venir pour l’or seront modestes comparés à ceux des actions aurifères, qui ont souffert de façon disproportionnée lors du dernier repli. Les actions aurifères ont, encore une fois, été écrasées à des niveaux fondamentalement absurdes. Cela laisse présager de gros gains dans les retours à la moyenne, une fois que l’or grimpera à nouveau – comme d’habitude peu de temps après une attaque.

En un mot, le net recul de l’or au cours des récentes semaines a été causé par une série d’attaques via les ventes à découvert. De gros spéculateurs ont déversé intentionnellement des quantités massives de contrats à terme sur l’or en quelques minutes, et à plusieurs reprises. Tant de ventes en si peu de temps ne pouvaient pas être absorbées par le marché, alors l’or a dégringolé. Cela a fait changer la psychologie de l’or vers un sentiment baissier, provoquant une cascade de ventes par les traders détenteurs de positions acheteuses. 

Même si ces attaques via les ventes à découvert font rapidement chuter l’or, elles sont, de façon inhérente, auto-limitatives. Tous ces contrats vendeurs doivent être couverts par des achats pour contrebalancer. Alors, après les ventes qui durent quelques semaines suite aux attaques, l’or débute un puissant rallye de plusieurs mois. Toutes ces ventes mèneront bientôt à l’épuissement des ventes de contrats à terme sur l’or, ouvrant la voie aux achats.


Source originale: Zealllc


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Gold Broker  La Rédaction

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits