Inde : des rumeurs d’interdiction d’importation d’or sèment la panique

Publié par Gold Broker | 14 nov. 2016 | Articles

L'Indian Bullion & Jewellers Association (IBJA) a créé la panique chez ses 2 500 membres en les informant par message que le gouvernement pourrait interdire les importations d’or dans le pays jusqu’à la fin de l'année fiscale en cours (2017), mais aussi avancer la date finale de dépôt des anciens billets de banque pour les bijoutiers au 15 novembre, afin de restreindre l’usage d’argent noir.

"Nous entendons, dans certains cercles, parler de cette possibilité, même si rien d’officiel n’a été annoncé pour l'instant," a déclaré Surendra Mehta, secrétaire national de l’IBJA. "L’association supporte le combat du gouvernement contre l’argent noir et a informé ses membres de la possibilité de telles mesures. Nous demandons à nos membres de pleinement supporter le gouvernement."

La possibilité d’une interdiction des importations d’or est jugée "draconienne" par un des membres de l’association, même si Mehta a essayé d’en minimiser la portée.

"600 bijoutiers ont déjà reçu des demandes de l'administration fiscale pour divulguer leurs ventes en date du 8 novembre. Nous savons que certains membres de l’association importent de l’or dans le seul but de le revendre contre des anciens billets, avec une grosse prime. Donc, si le gouvernement veut faire cesser ces pratiques irrégulières, il pourrait envisager une interdiction des importations. Par contre, s’il demande à tous les bijoutiers de déposer ou déclarer leurs anciens billets d’ici le 15 novembre, il n'interdira pas nécessairement les importations."

 

 

Le gouvernement indien a démonétisé les billets de 500 et 1 000 roupies le 8 novembre et a déclaré que les détenteurs de ces billets pourraient les déposer dans les banques jusqu’à la fin du mois de décembre. La décision probable d’avancer la date pour les bijoutiers vient du fait que certains d’entre eux vendent de l’or contre des anciens billets pour des sommes exorbitantes, permettant ainsi aux gens de se débarrasser de l’argent noir tout en s’enrichissant.

Un bijoutier dit que des "brebis galeuses" de l’industrie vendent 10 grammes d’or pour 50 000 roupies, tandis que le prix du marché est 30 000 roupies. Accepter des billets de 500 ou 1 000 roupies est illégal, sauf pour certaines catégories de négociants. De nouveaux billets de 2 000 roupies sont sur le marché et, bientôt, de nouveaux billets de 500 roupies seront également disponibles.

Les transactions officielles sur le marché de l’or ont considérablement ralenti depuis que le gouvernement a imposé une accise de 1% sur la joaillerie au début de l’année et exigé que les ventes dépassant 2 lakhs soient effectuées seulement avec une carte PAN. La montée de 27% du prix du métal jaune dissuade aussi la consommation et les importations.

La panique s’est emparée des bijoutiers du pays, tandis que les réseaux sociaux diffusent l'information selon laquelle le gouvernement songe à interdire les importations d’or jusqu’en mars et à avancer la date prévue pour que les bijoutiers déposent les billets démonétisés. Les groupes d'utilisateurs sur WhatsApp suggèrent que le but derrière ces actions est de diminuer les pratiques irrégulières commises par certains négociants qui convertissent de l’argent noir en or, en empochant des primes juteuses.

"Ces discussions ont lieu dans les messages WhatsApp échangés entre les traders et les bijoutiers," selon Rajesh Khosla de MMTC-PAMP India Pv. "Rien n’est officiel, et nous gardons les doigts croisés."

Sur les réseaux sociaux, les messages attaquent le gouvernement qui laisse les autres citoyens jusqu’à la fin de décembre pour déposer leurs billets de 500 et 1 000 roupies, tandis qu’on pourrait leur demander, à eux, de le faire dès ce mardi.

D’autres membres de l’India Bullion & Jewellers Association (IBJA), forte de 2 500 membres, ont confirmé cette information. Des raids ont eu lieu à travers le pays contre des bijoutiers qui convertissaient des billets illégaux en vendant de l’or au prix fort. L’objectif du gouvernement est de dissuader la conversion d’argent noir en lingots et pièces d’or.

Ceux qui déclarent de l’argent noir auront à payer une pénalité de 200%, vu que le gouvernement a démonétisé les billets de 500 et 1 000 roupies, à partir de mardi, à minuit. Cela a provoqué une ruée vers les bijoutiers et les négociants en métaux précieux.

Les bijoutiers craignent aussi que de telles mesurent pourraient, avec le temps, faire augmenter la contrebande de manière significative, alors qu'elle s'élève actuellement à 100-120 tonnes par an. Mais plusieurs personnes disent que le gouvernement, qui parle de ces mesures de façon informelle depuis longtemps, passera certainement à l'acte.

L’or fait partie des cinq produits les plus importés dans le pays, après le pétrole brut et les produits pétroliers, l’équipement électrique et nucléaire, etc. Cependant, le gouvernement précédent et l'actuel se sont acharnés sur l’industrie, ces dernières années, en augmentant les taxes d’importation de 10% et en imposant une accise de 1% sur la joaillerie. Le but étant de dissuader les gens d’investir dans l’or physique et de les diriger plutôt vers les obligations souveraines sur l'or et le plan de monétisation de l'or, introduit l’an dernier.

L’Inde, en moyenne, importe 700-750 tonnes d’or chaque année, et des officiels comme Rajesh Khosla, de MMTC Pamp, et le consultant en métaux précieux Sudheesh Nambiath, de GFMS Thomson Reuters, entrevoient un déclin de 15-20% de ces importations.


Source: The Economic Times


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que "GoldBroker.fr tous droits réservés" est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.


Gold Broker  La Rédaction

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :