Effondrement des marchés boursiers et flambée de l’or : quel en sera le déclencheur ?

Publié par Egon Von Greyerz | 12 oct. 2015 | Articles

Enfin, nous y sommes. L’attente a été longue pour ceux qui détiennent de l’or ou de l’argent depuis le début des années 2000. Cela a été fort éprouvant depuis les pics de 2011. Les événements survenus dans l’économie mondiale, ces quatre dernières années, ont confirmé l’importance de la préservation de capital. Mais les nerfs des investisseurs qui ont acheté près des hauts ont été clairement mis à rude épreuve.

Que vous ayez investi dans l’or ou l’argent n’aura pas d’importance dans les années à venir… parce qu’il est fort probable que nous assisterons à une hausse des métaux précieux qui devraient nous mener à de nouveaux pics en 2016 ou même avant.

Les gouvernements détruisent la valeur de la monnaie

Depuis 2008, les banques centrales, les gouvernements et les prêteurs commerciaux rivalisent en offrant une quantité jamais vue de monnaie quasiment gratuite. Ces sept dernières années, ils ont augmenté la dette mondiale de près de 50%, dette qui approche les 220 000 milliards $. Il s’agit de 70 000 milliards $ créés à partir de rien. Il n’y a pas eu de biens produits ni de services rendus en contrepartie de ces 70 000 milliards $. La monnaie est supposée être un moyen d’échange et de préservation de richesse. Cette monnaie est utilisée comme moyen d’échange aujourd’hui, mais depuis que les gouvernements sont déterminés à mal gérer l’économie et à émettre de la monnaie neuve à chaque fois qu’ils en manquent, il s’agit de la forme la plus inutile de moyen d’échange imaginable.

Lors des 100 dernières années depuis la création de la Fed, toutes les devises du monde ont perdu 97-99% de leur pouvoir d’achat réel. Tout argent liquide épargné depuis 100 ans ne vaut virtuellement plus rien.

Cela nous mène au fait que la monnaie ne préserve PAS la richesse. Aussi longtemps que le monde sera dirigé par des gouvernements irresponsables, ceci étant la règle plutôt que l’exception, la monnaie ne préservera jamais la richesse. Alors la monnaie papier, quoique pratique, est inutile en tant que moyen d’échange pour les gens normaux. Pour les gouvernements, c'est idéal à court terme pour acheter des votes. Pour les épargnants, ce fut un désastre, mais pour les riches et les preneurs de risque, cela a constitué une merveilleuse façon de multiplier la richesse, grâce à l’effet de levier et la dette.

500 millions $ pour un appartement et un tableau

Mais revenons à aujourd’hui. Selon moi, cette expérience centenaire de système fractionnaire et de banques centrales arrive à sa fin. Le système financier s’est presque écroulé en 2008. Mais, en émettant 25 000 milliards $ en prêts et garanties, les banques centrales ont repoussé la catastrophe, temporairement. Toute cette monnaie a donné aux banques une bouée de sauvetage à court terme, mais n’a rien fait pour résoudre le problème. Pour quelques privilégiés, toute cette monnaie imprimée a créé une augmentation massive de richesse, grâce à des bulles dans les actions, les obligations et la propriété foncière. Des appartements à Londres, New York et Monaco peuvent être achetés « au rabais » pour environ 200 millions $, et des tableaux de Gauguin, Cézanne ou Picasso à 200-300 millions $ peuvent être achetés sur un coup de tête. Alors vous pouvez vous procurer un appartement à Londres, avec un beau tableau, pour la modique somme d’un-demi milliard de dollars. Quand j’ai commencé sur le marché du travail, on pouvait acheter une grande société pour ces sommes.

Un monde irréel

Alors nous vivons dans un monde irréel, avec des prix irréels basés sur de la monnaie irréelle. Et c’est pourquoi tout cela se terminera de manière très abrupte. Cela pourrait débuter n'importe quand. Fondamentalement, cela doit arriver. Tous les principaux gouvernements sont en déficit budgétaire et augmentent la dette de manière exponentielle. Les États-Unis n’ont pas enregistré d'excédent budgétaire depuis 50 ans et n’ont pas l’intention de repayer cette dette. Et c’est la même chose avec les autres pays. Je ne comprends pas comment un investisseur peut acheter des bons du gouvernement qui rapportent 0%, et qui ne seront jamais remboursés avec de la véritable monnaie. La seule façon de payer cette dette est d’imprimer encore plus de monnaie… mais cela augmentera la dette plutôt que de la faire baisser, et cette monnaie sera, de plus, sans valeur.

Est-ce qu’un Deus ex Machina sauvera le monde ?

Il n’y a jamais eu auparavant dans l’histoire une situation où toutes les économies sont en faillite simultanément. La dette et le piège du déficit sont l’apanage de tous les pays importants : le Japon, l’Europe, les États-Unis, la Chine et tous les marchés émergents. Et c’est pourquoi l’effondrement qui arrive sera la « Grande catastrophe financière ». Il n’y aura pas de gouvernement ni aucune puissance qui pourra sauver le monde. La seule chose qui fonctionnerait serait un Deus ex Machina, mais je doute fort que cela survienne.

 

Les actions boursières pourraient perdre 25% dans les semaines à venir

Il ne reste qu’à savoir quand cet effondrement arrivera. Les fondamentaux ne nous donnent aucune idée du timing, mais les données techniques et les cycles peuvent nous éclairer. Nous sommes à la convergence d’indicateurs qui pointent vers un plongeon imminent des marchés boursiers de probablement 20-25% dans le monde entier. Et ceci n’est que le début. En attendant que la plus grosse bulle de dette et d’actifs de l’histoire ait totalement implosé, nous pourrions voir les actions perdre 75-90% et plusieurs obligations devenir sans valeur. Mais cela prendra quelques années, peut-être cinq ou six, voire plus.

Quel sera le déclencheur ? Évidemment, cela est impossible à dire. Avec un système fragile en déséquilibre, il en faudrait peu. Un dernier flocon de neige qui déclenchera une avalanche. Une banque qui fera faillite, des mauvaises nouvelles économiques, ou encore un événement géopolitique ? Tout est possible.

Les métaux précieux : préservation ultime de richesse

Avec le risque à des niveaux jamais vus dans le monde, la préservation de richesse sera essentielle afin d’éviter la destruction totale des actifs. Le scénario probable des prochaines années sera, tout d’abord, de l’impression monétaire à travers le monde, dans une futile tentative de sauver la situation. Mais, cette fois-ci, cela ne marchera pas. Nous avons atteint un point où il n’est plus possible de « pousser sur la corde ». Cette impression monétaire colossale mènera tout d’abord à l’hyperinflation. Mais aussitôt que le monde réalisera que la cause du problème ne peut pas être aussi appliquée comme remède, il y aura une implosion déflationniste des actifs et des dettes.

L’or physique, et un peu d’argent, stocké en-dehors du système bancaire, constituera une des rares manières de préserver la richesse. Depuis le pic de l’argent, en avril 2011, nous avons vu une baisse de 72%. L’or a, quant à lui, « seulement » décliné de 44% depuis le pic de septembre 2011. Dans les actions des minières aurifères, ce fut un réel massacre. Le HUI, ou l’indice des gold bugs, a chuté de 84%, du pic de 2011 au bas récent.

L’achat de métaux précieux ne permettra pas seulement de préserver la richesse dans les années à venir, mais il procurera probablement un très haut retour sur investissement. Ma cible pour l’or, lorsque nous avons investi en 2002, était déjà de 10 000 $ en monnaie d’aujourd’hui. Mais, vu que nous aurons certainement de l’hyperinflation, le prix pourrait être considérablement plus élevé. Cela donnerait une cible potentielle pour l’argent, en monnaie d’aujourd’hui, de 500 $. Bien sûr, l’argent est beaucoup plus volatile, il faut donc faire attention. Plusieurs minières d’or et d’argent pourraient multiplier leur valeur par dix… Mais souvenez-vous que les actions boursières ne permettent pas de préserver la richesse comme l’or ou l’argent physique et sont donc plus risquées dans l’environnement économique à venir.

Les prochaines années ne seront pas faciles. J’ai écrit un article, il y a quelques années, intitulé "Les années sombres sont ici", et je crois que c’est dorénavant imminent. Cela sera difficile pour la plupart d’entre nous. Au moins, les quelques privilégiés qui possèdent des épargnes ont l’opportunité de les préserver en détenant de l’or ou de l’argent physique.


Source: GoldSwitzerland


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que "GoldBroker.fr tous droits réservés" est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.


Egon Von Greyerz  Membre du conseil d'administration de Goldbroker.com - Fondateur MAM

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :