Une douzaine de tchats prouvent la manipulation du prix de l’argent

Publié par Gold Broker | 12 déc. 2016 | Articles

Parmi les documents fournis par Deutsche Bank figurent ce qu’un groupe d’investisseurs dans l’argent qualifient de "preuve flagrante" : des conversations électroniques privées qui démontrent que des traders de plusieurs banques ont conspiré pour manipuler les prix de l’argent de 2007 à 2013.

La banque a fourni les documents aux investisseurs après avoir réglé une poursuite l’accusant de manipuler les marchés de métaux précieux. En vertu de l’accord, la banque a payé une amende de 38 millions $ et remis plus de 350 000 pages de documents et 75 cassettes audio. Les investisseurs souhaitent utiliser ces tchats en vue d’obtenir la permission d’un juge de déposer une nouvelle plainte contre d’autres banques.

Les traders ne sont pas nommés dans les tchats en question, mais ils sont plutôt identifiés par leur banque comme, par exemple, UBS Trader A.

Les traders d’UBS et de Deutsche Bank ont adopté la règle des "onze heures" : à 11h, les traders attaquent le prix de l'argent via des positions vendeuses à découvert, en synchronisant leurs transactions à l'aide d'un compte à rebours.

Ci-dessous un tchat du 8 février 2011 :

Un trader de Deutsche Bank : "Here we go here we go." (c'est parti, c'est parti.)

Un trader d’UBS: “gogogogogoggog.” (allleezzz)

Le trader de DB: “Dude... near the high. Im gonna ramp it... that my plan... u?” (Près du haut... je vais accélérer... c’est mon plan... et toi ?)

Le trader d’UBS: “If 53 breaks imam go guns blazing. Yeah... exactly... as in on the break of 53... it’s the 3 2 1 boom.” (Oui... Si on passe 53, ça va défourailler... 3, 2, 1… boum !)

Le groupe UBS AG a dit, la semaine dernière, qu’il combattrait “vigoureusement” ces nouvelles allégations.

Faire plier l’argent

Le 15 octobre 2010, un trader d’UBS écrit : "Gonna bend this silver lower." (On va faire plier cet argent plus bas)

Un trader de Deutsche Bank répond : "Oh dear, my boss just said he bought some." (Oh, mon dieu, mon boss vient juste de me dire qu’il vient d’en acheter)

Le trader d’UBS: “I have to be sneaky then.” (Je dois être furtif, alors)

Et, plus tard: “Had to really work that one. Told u I’d bend it lower for u.” (J'ai dû y aller fort… je t’avais dit que je le ferais plier pour toi)

Recruter d’autres manipulateurs

Le 8 juin 2011, un trader d’UBS écrit à propos du besoin de recruter d’autres traders dans leur réseau de manipulateurs, selon de nouveaux documents de la Cour.

"Im gonna sell a lil more we need to grow our mafia a lil get a third position involved,” (Je vais en vendre un peu plus… il faut agrandir notre mafia… impliquer une troisième personne), écrit le trader d’UBS.

Un trader de Deutsche Bank répond : "OK calling barx" (Ok j'appelle barx) 

"barx" = Barclays; un représentant de la banque a refusé de commenter.

Nous formons une équipe

"You are short right…haha…we are on team one dream," (vous vendez à découvert... nous sommes une équipe... avec un rêve), écrit un trader de Barclays, le 6 avril 2011.

Un trader de DB répond : "Of course short. Short 1 lac." (Vendeur évidemment...)

Le trader de Barclays : "Nice." (Super)

Ordres-stop

Les traders de UBS ont si souvent conspiré avec ceux de Deutsche Bank pour déclencher des ordres-stop qu’ils se décrivent eux-mêmes comme des "Stop Busters" (en référence au film Ghost Busters).

"And if you have stops… oh boy," (si vous avez des ordres-stop... oh la la) écrit le trader d’UBS le 8 juin 2011.

Le trader de DB de répond: "HAHA… who ya gonna call!... STOP BUSTERS… deh deh deh deh dehdehdeh deh deh deh deh dehdehdeh." (HAHA... Qui allez-vous appeler ?... STOP BUSTERS.. deh deh deh deh dehdehdeh)

"Nous allons vendre"

Le 22 août 2007, un soumissionnaire-trader de Deutsche Bank écrit à un contact non identifié chez Fortis Bank : "Seems some buying pre sil fix in the systems." (Il semble qu’il y ait des achats avant le fix de l’argent dans les systèmes)

À quoi le banquier de Fortis répond : "We’ll sell 70’s together." (Nous allons vendre ensemble à 70)

Le soumissionnaire-trader de DB : "At this rate mate we can sell 11.80’s both mkts are as thin as Ive ever seen them in my 5 years. Ill be a light seller on the fix so watch your screen.” (Si ça continue comme ça, on peut vendre ‘11,80’... les deux marchés sont faibles comme je ne l’ai jamais vu depuis 5 ans. Je vendrai un peu lors du fix, alors surveillez votre écran)

Fortis a été achetée en 2009 par BNP Paribas SA, qui se refuse à tout commentaire.

Influencer les marchés

Dans une conversation du 11 août 2011 avec un trader de Deutsche Bank, un trader d’UBS admet que sa banque est capable d’influencer le marché de l’argent :

"If you want to accelerate it… go short 20k silver. Stay on the offer in 1s... doesn’t require much ammo.” (Si tu veux accélerer la chose, prends une position vendeuse de 20k)

Le trader de DB: “Ack.”

Trader d’UBS : "Avalanche can be triggered by a pebble if u get the timing right." (Une avalanche peut être déclenchée par un seul flocon avec le bon timing)

“Faisons-le ensemble”

Le 1er avril 2011, un trader d’UBS s'exprime sur la stratégie à appliquer pour manipuler l’argent avec Deutsche Bank : "If we are correct and do it together, we screw other people hard." (Si on fait cela correctement ensemble, on baise bien les autres)

"Léger ajustement"

Dans un tchat du 5 août 2011, un trader d’UBS écrit : "Bro lets make a slight adjustment to our plan today." (Mec, faisons des petits ajustements à nos plans)

Un trader de Deutsche Bank répond : «"K." (Ok)

Le trader d’UBS écrit alors : "Depending on where the mark is we go short around 11-11 :30 am I makesure to let u know if I do something." (Selon où se trouve la marque, on prend des positions vendeuses vers 11h-11h30... je tiens au courant si je fais quelque chose)

“Ok Im definitely going short lol,” dit le trader de DB. (Ok, je suis définitivement vendeur) 

“Lol revenge huh? That’s what’s driving u,” (La revanche, hein, c’est ce qui te branche…), répond le trader d’UBS.

“It is but I dun care.” (Oui, mais je m’en fous)

“Joignez-vous à notre Tchat

Le 9 février 2011, des traders d’UBS et de Deutsche Bank décident d’inviter des traders de HSBC et de Barclays à rejoindre leur tchat, ainsi que d’autres, selon les documents. Après avoir ajouté ces individus, le trader d’UBS écrit : "Wow this is going to be the mother of all chats." (Wow, ca va être la mère de tous les tchats)

“Restons patients”

Le 11 mai 2011, un trader d’UBS exhorte un trader de Deutsche Bank de rester patient: "Cooooooooooome on!!!!!! I got faith I got two hours for this to push up faith bro this is like a trading church me and u have.” (Ouuuuuuh! J’ai la foi ! J’ai besoin de deux heures pour que ça grimpe... la foi, mon frère... c’est comme une église de trading que nous avons, toi et moi!)

Trader DB: “Hahah dude.”

Trader UBS: “Hallelujah.”

Le trader de Deutsche Bank dit alors: "I wanna ramp it up like really just buy at mmkt and fk everyone so bad." (Je veux accélérer... vraiment... acheter au prix du marché et bien baiser tout le monde)

Le trader d’UBS répond: "Stick to game plan 2 lots @ 20/25 30 patience." (Suis le plan de jeu… attends les 20, 25, 30… patience)

"Tout ce qui se passe ici, reste ici"

La nécessité de garder le secret est exprimée dans plusieurs tchats. Le 8 juin 2011, par exemple, un trader d’UBS écrit : "Okay rule of thumb. EVERYTHING here stays here." (Ok, règle d’or : TOUT ce qui se passe ici reste ici).

Un trader de Deutsche Bank répond : "Yeah."

“So no need to repeat in the future,” (donc pas besoin de le répéter à l'avenir) écrit le trader d’UBS.

Le trader de DB répond : "Saves us typing lol." (Ça nous évitera d'écrire)

Le trader d’UBS ajoute : "Cause we just so paranoid." (On est tellement paranoïaques !).


Source originale: Bloomberg.com


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Gold Broker  La Rédaction

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits