De Gaulle convaincu que les Américains n'ont plus d'or

Publié par Egon Von Greyerz | 5 févr. 2019 | Articles 2026

Rétameur, tailleur, soldat, marin / Riche, pauvre, mendiant, voleur.

Cette ancienne comptine datant de la fin du XVIIe siècle pourrait être considérée comme une prédiction. De nombreuses personnes, d'origines diverses, se rendront bientôt compte qu'elles pourraient devenir pauvres, mendiants ou voleurs dans les prochaines années, dans un contexte de destruction sans précédent de la richesse.

Un rétameur (tinker) était une personne qui voyageait pour réparer les casseroles et autres ustensiles de cuisine. En anglais, le verbe "rétamer" (tinkering) signifie également falsifier ou manipuler. Ne croyez surtout pas que les puissances en place réparent l'économie mondiale. Non, le bricolage en cours indique que nous sommes au stade final de la plus grande manipulation de l'économie mondiale, des marchés, de l'or, de l'information, de la politique etc. que le monde ait jamais connue.

Le monde n'est pas préparé à ce qui se profile

Comme le niveau de manipulation n’a jamais été aussi important, personne ne peut prédire l’ampleur de l’effondrement qui se profile. Pire encore, 99,99% de la population mondiale n’est absolument pas préparée. Et même la minuscule minorité qui prédit un événement cataclysmique n'échappera pas à la souffrance.

Personne ne sait où et comment cela va se déclencher. Cela peut commencer par un lent déclin de l’économie et des marchés, ou une chute soudaine et brutale qui prendra tout le monde par surprise. Il est certain que les conséquences seront dévastatrices pour la majorité d'entre nous. Beaucoup perdront leur emploi, leurs prestations de sécurité sociale, leurs retraites, leurs soins médicaux et tous les filets auxquels ils sont habitués.

De plus, très peu de personnes se rendent compte que le niveau de vie élevé dans les pays occidentaux au cours des dernières décennies n’a rien à voir avec la croissance économique réelle ou la productivité. Non, tout est basé sur la dette et l'argent imprimé à hauteur d'au moins 500 000 milliards $, en incluant les passifs non capitalisés tels que les soins médicaux et les retraites.

Il n'y a pas de réserves

Une économie mondiale illusoire, basée sur la dette, n'a ni fondations ni réserves. La bulle peut être élargie pendant une période limitée en émettant simplement plus de dette, comme nous l'avons vu depuis la crise financière de 2006-2009. Le faux soutien que l'économie mondiale a reçu au cours des dix dernières années, sous la forme d'une dette additionnelle de 125 000 milliards $, a gonflé les marchés d'actifs au point que les riches s'enrichissent incroyablement et que les pauvres s'endettent davantage. Mais le fait de doubler la dette mondiale en dix ans, pour la porter à 250 000 milliards $, n'a pas seulement doublé le risque. Le risque a augmenté de façon exponentielle, la qualité de la dette s'étant détériorée de façon catastrophique.

La dette mondiale des gouvernements a atteint des niveaux records et insoutenables, tout comme la dette des entreprises et la dette personnelle. Le problème est qu'il n'y a pas de réserves. Pour établir une analogie, les personnes très grosses et très minces vivent en moyenne moins longtemps que celles ayant un surpoids modéré. Parce que les réserves de graisse supplémentaires protègent en période de faiblesse ou de maladie. Il en va de même pour l’économie mondiale: lors de la prochaine crise, il deviendra évident que le monde n’a pas de réserves. Le seul moyen de faire face à la prochaine crise de la dette sera d’imprimer de la monnaie et d’émettre davantage de dettes. Mais il est impossible de résoudre un problème d'endettement avec plus de dettes.

Lorsque la crise frappera, les bénéfices des entreprises seront impactés. Les entreprises fortement endettées ne respecteront pas leurs clauses restrictives, d'autant que les taux d'intérêt augmenteront également avec la hausse de l'inflation et l'effondrement des obligations. Les entreprises feront donc défaut sur leur dette. Même chose pour le marché de l'immobilier. Les locataires ne pourront pas payer les loyers. Même chose pour l'immobilier commercial qui s'effondrera lorsque les dépenses diminueront. L’Occident, et en particulier les États-Unis, regorgent d'espaces de commerce au détail, dont la plupart à des loyers très élevés. Lorsque les gens perdront leur emploi et que les taux d’intérêt augmenteront, le marché immobilier s’effondrera de 75% à 90%.

les transactions journalières sur l'or représentent 850x la production minière quotidienne

L'or est peut-être le pire tous les marchés manipulés. Moins de 0,5% des actifs financiers mondiaux sont investis dans l'or. On peut alors se demander pourquoi le volume brut journalier de transactions sur l'or est deux fois supérieur à celui du S&P 500. Selon le World Gold Council, 280 milliards $ d'or sont échangés quotidiennement. Le volume journalier de transactions sur le S&P est de 125 milliards $.

La production aurifère s'élève à 120 milliards $ par an, ou 329 millions $ par jour. Alors, comment se fait-il que le volume d'échanges journalier soit de 280 milliards $, l'équivalent de 850 fois la production quotidienne ? Qui déplace tous ces milliards de dollars d'or papier ? Certainement pas le marché de l'investissement qui est très petit. Le volume est trop important pour que ce soit les spéculateurs. Le plus probable est que les banques d'investissement négocient des quantités massives d'or pour dissimuler la pénurie majeure d'or physique et surtout d'or des banques centrales. Nous savons que les banques d'investissement et les marchés à terme ne disposent que d'une fraction de l'or physique pour couvrir les engagements papiers.

 

 

La Route de la Soie achète toute la production minière

Les réserves officielles d'or de la Banque centrale sont d'environ 32 000 tonnes. Ce chiffre sous-estime probablement les avoirs de nombreux pays de l'Est comme la Chine. Les achats d'or des pays de la Route de la soie que sont la Chine, l'Inde, la Turquie et la Russie sont incessants. Depuis 2005, ils ont acheté 33 000 tonnes. Les achats se sont accélérés en 2008 et depuis lors, ils ont accumulé 29 000 tonnes. Cela signifie qu'au cours des onze dernières années, les pays de la Route de la soie ont acheté pratiquement la totalité de la production d'or annuelle.

 

 

Les États-Unis ont-ils encore de l'or ?

Les réserves d'or, comme leur nom l'indique, sont censées soutenir la monnaie et la stabilité du pays. Malgré cela, de nombreux pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni et la Suisse ont considérablement réduit leurs réserves. La Suisse et la Grande-Bretagne ont vendu la majeure partie de leur or à des prix très bas à la fin des années 1990. Les États-Unis avaient 20 000 tonnes à la fin des années 1950, mais en ont vendu 12 000 tonnes entre 1958 et 1971. Selon le graphique ci-dessous, les États-Unis ont cessé de vendre de l'or après que Nixon ait mis fin à l'étalon-or, en août 1971. On peut se demander s'ils ont réellement cessé de vendre ou s’ils ont juste arrêté de déclarer leurs ventes ? Jusqu'au 15 août 1971, les États souverains pouvaient exiger le paiement de la dette des États-Unis en or. De Gaulle l’a fait pour la France et c’est l’une des principales raisons pour lesquelles Nixon a supprimé l'adossement du dollar à l'or.

 

 

Pratiquement aucune banque centrale dans le monde ne publie un audit complet de son or physique ou de ses positions en produits dérivés. Les États-Unis ne l'ont pas fait depuis les années 1950. Idem dans la plupart des autres pays. Étant donné que l'or est un actif important détenu par l'État, il semble évident qu'un audit indépendant et détaillé devrait être effectué. La raison pour laquelle aucun pays n’entreprend ou publie d'audit est clairement parce qu’il n’a pas l’or. Un audit complet de l'or des banques centrales occidentales révélerait très probablement que la majorité de l'or a disparu. Certaines banques ont peut-être de l’or papier, mais elles ne récupéreront jamais l'or physique qui a été expédié en Chine et en Inde.

De Gaulle était certain que les États-Unis n'avaient plus d'or

Des sources proches de de Gaulle m'ont informé qu'il était déjà certain, à la fin des années 1960, que les États-Unis n'avaient plus d'or. Évidemment, je n'ai pas de preuve, mais je n'ai pas non plus de preuve que l'or existe réellement. Plus d'informations sur ce sujet dans un prochain article.

L'absence d'audits et l'important volume des échanges d'or papier montrent qu'il se passe quelque chose de louche sur le marché de l'or. Tout cela sera probablement révélé lorsque le dollar sera véritablement sous pression et que le prix de l'or augmentera rapidement. À ce moment-là, les détenteurs d’or papier demanderont la livraison et la Chine et la Russie révéleront leur jeu.

Avant cela, il est impératif de détenir de l'or physique dans un pays sûr et en dehors du système financier.

L'or est en route vers de nouveaux sommets

À court terme, la prochaine montée de l'or a commencé comme je le prédisais depuis un moment. Ce sera un long mouvement vers des niveaux beaucoup plus élevés. Par conséquent, acheter de l’or aujourd’hui, à environ 1 300 $, à des fins de préservation de la richesse, sera vu dans quelques années comme une excellente assurance et l'aubaine de toute une vie.


Source originale: Matterhorn - GoldSwitzerland


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Egon Von Greyerz  Membre du conseil d'administration de Goldbroker.com - Fondateur MAM

   

Mes articles Site web


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits