Dans un monde de mensonges, l’or révélera la vérité

Publié par Egon Von Greyerz | 24 oct. 2017 | Articles

Le dollar est mort, mais le monde l'ignore.

Ce fut une mort lente, et les phases finales seront très douloureuses pour les États-Unis et le reste de la planète. C’est la fin de l’Empire américain, financièrement et militairement.

NIXON A ÉTÉ CONDAMNÉ POUR LE MAUVAIS CRIME

Tout cela a commencé avec la création de la Fed, en 1913, et s'est amplifié sous Nixon. Pour ceux qui sont assez âgés pour se souvenir de Nixon, ils penseront au scandale du Watergate. Ce scandale avait révélé de la corruption et des pots-de-vin aux plus hauts niveaux de l’administration Nixon, incluant le président lui-même. Afin d’éviter d’être destitué, ce qui aurait été certain, Nixon démissionna. Cette affaire sortit onze mois après la décision désastreuse de Nixon de mettre fin à l’adossement du dollar à l’or, le 15 août 1971. Nixon n’aurait pas dû être destitué pour le scandale du Watergate, mais bien pour avoir suspendu la convertibilité du dollar en or. Cette décision mènera à l'effondrement total de l’économie mondiale et du système financier, et ce, plus tôt qu'on ne puisse l’imaginer.

DE GAULLE COMPRENAIT L’OR

Déjà en 1971, les États-Unis avaient enregistré des déficits budgétaires chroniques pendant dix années consécutives. À la fin des années 1960, le président de la France, Charles de Gaulle, avait compris ce qu’il adviendrait du dollar, et exigea d’être payé en or, ce qui était son droit. Cela poussa Nixon à fermer la "fenêtre d’or", vu qu’il s’agissait de la seule façon, pour les Américains, de continuer à vivre au-dessus de leurs moyens. C’est exactement ce que les États-Unis ont fait pendant plus d’un demi-siècle. Non seulement ils ont enregistré des déficits budgétaires réels chaque année depuis 1961, mais aussi un déficit commercial chaque année depuis 1975.

 

LA TRINITÉ MAUDITE

Trois choses ont permis aux États-Unis d’accomplir cela : 1) Le dollar est la devise de réserve mondiale; 2) le système du pétrodollar; 3) leur puissante machine militaire.

Mais le reste de la planète sait que le faiblissant Empire américain est en train de perdre sur ces trois fronts. Le dollar a perdu 50-70% par rapport à la plupart des devises majeures, au cours des 46 dernières années. Par rapport à l’or, la seule monnaie permanente naturelle, le dollar a chuté de 97% depuis la décision fatale de Nixon.

La supériorité militaire des États-Unis s’effrite depuis plusieurs années. Malgré des dépenses militaires supérieures aux huit autres grands pays combinés, les États-Unis n’ont pas réussi leurs actions militaires depuis des décennies, que ce soit au Vietnam, en Afghanistan, en Irak, en Libye ou ailleurs. Cet affaiblissement de la puissance militaire américaine fera qu’il sera impossible, à l’avenir, d’imposer le pétrodollar. Les interventions américaines en Irak et en Libye faisaient suite à l’intention de ces pays d’abandonner le pétrodollar.

LA CHINE ET LA RUSSIE COMPRENNENT L’OR

La Chine et la Russie voient maintenant ce dont parlait de Gaulle dans les années 1960. Elles savent que ce n’est qu’une question de temps avant que le dollar ne perde son statut de devise de réserve. Elles savent aussi qu’avant que cela n'arrive, le dollar commencera à s’effriter et disparaîtra finalement dans un trou noir, ce qui entraînera l’implosion de tous les actifs et dettes libellés en dollars.

LA CHINE ET LA RUSSIE ORCHESTRERONT LA FIN DU DOLLAR

La Chine et la Russie n’attendent pas les bras croisés. Elles vont, au contraire, orchestrer la chute du dollar. Non pas en attaquant le dollar lui-même, mais en tuant le pétrodollar. La Chine va commencer à échanger du pétrole en yuans avec la Russie, l’Arabie saoudite, l’Iran, la Turquie, etc. Tous ces pays négocient actuellement un ensemble d’ententes pour faciliter les transactions de pétrole et d’autres matières premières en yuans et en roubles. Ces ententes couvrent un large éventail de domaines, tels qu'un nouveau système de paiement, des transactions sur devise entre la Russie et la Chine, ainsi que les importations d’or de la Chine depuis la Russie.

L’intention de l’administration Trump de répudier l’accord nucléaire avec l’Iran et d’imposer de nouvelles sanctions va encore renforcer la détermination de ces pays à abandonner le pétrodollar. Malheureusement, cela va augmenter le risque terroriste en Occident.

Tout cela se déroule à un rythme bien plus rapide que le monde ne le réalise. Cette fois, les États-Unis ne peuvent rien y faire, parce qu’ils n’attaqueront certainement pas la Chine, ou la Russie ou l’Iran. Une attaque américaine avec des armes conventionnelles dans un de ces pays échouerait, c’est certain. Les États-Unis n’auraient aucune chance, sauf dans une guerre nucléaire, ce qui mettrait fin au monde tel que nous le connaissons.

UNE EUROPE EN FAILLITE

Mais il n’y a pas que l’Empire américain qui s’effrite. Le système socialiste décadent en Europe ne survivra pas aussi. Le socialisme fonctionne tant que vous ne manquez pas de "l’argent des autres". La Grèce est totalement en faillite, et elle aurait dû faire défaut sur sa dette il y a plusieurs années pour introduire une nouvelle drachme. C’est la seule solution pour que la Grèce puisse évoluer et prospérer. Mais l’Union européenne a insisté pour qu’elle reste au sein de l’UE, et lui a imposé encore plus de prêts que la Grèce ne pourra jamais rembourser, ce qui plongera les Grecs dans la pauvreté et la misère.

De plus, Bruxelles les a forcés à acceuillir un grand nombre de migrants, ce que la Grèce ne peut assumer. Même chose pour l’Italie, avec sa dette massive en ratio du PIB et son économie en déroute. Mais cela ne s’arrête pas là : l’Espagne, le Portugal, la France, l’Irlande et le Royaume-Uni sont tous des économies avec des dettes massives. Étant donné que ces dettes ne pourront jamais être remboursées, il n’y a que deux alternatives : soit un défaut de la BCE et de la plupart des pays européens, soit de l’impression monétaire à une échelle jamais vue auparavant. Il est probable que les deux options soient enclenchées. D'abord de l’impression monétaire par la BCE à hauteur de centaines de trillions d’euros, et puis des défauts, lorsque l’euro n'aura plus aucune valeur.

Les eurocrates de Bruxelles, incluant la Commission européenne, veulent uniquement protéger leurs propres positions. Leur préoccupation  principale, en tant que représentants non élus et non responsables de 500 million de personnes, est de garder leur empire intact à tout prix. Ils n'agissent pas pour le bien du peuple européen, mais plutôt pour servir leurs propres intérêts de bureaucrates. L’élite de Bruxelles se préoccupe davantage de ses énormes comptes de dépenses et de ses retraites que de la population grecque ou irlandaise.

LES SABOTEURS DE BRUXELLES

La Commission européenne, à Bruxelles, avec à sa tête Junker, fait tout ce qu’elle peut pour saboter le Brexit, volonté des citoyens du Royaume-Uni. Ils ne supportent pas que quiconque veuille briser les rangs de cette alliance maudite. Il est intéressant de noter que le mot "sabotage" provient du temps de la révolution industrielle en Belgique, lorsque les travailleurs jetaient leurs sabots dans les nouvelles machines qui leur faisaient perdre leurs emplois. La tradition belge du sabotage n'est donc pas un phénomène nouveau.

L’UE : UNE EXPÉRIENCE RATÉE

L’Union européenne est une expérience ratée qui s’effondrera probablement. Idem pour l’euro, une devise artificielle qui ne pourra jamais fonctionner dans 19 pays ayant des antécédents différents, comme la croissance et le taux d’inflation, la productivité, l’industrialisation et la culture.

Le dollar chutera certainement avant l’euro. Pensez-y un peu : les deux régions les plus riches du globe, l’Amérique du Nord et l’Europe, sont au bord de l’effondrement, économiquement, financièrement, politiquement et moralement. Comment les actifs en bulle pourraient survivre dans de telles circonstances ? Ils ne peuvent pas, c'est absolument garanti. La question est de savoir quand cela commencera et jusqu'à quel point ca ira. Il est triste de constater que personne n’est préparé à ce qui sera un choc dévastateur pour le monde entier.

UN MONDE DE MENSONGES

En prenant l’avion de l’Europe vers les États-Unis, j’ai vu le film sur Bernie Madoff, The Wizard of Lies (Le magicien des mensonges). Il a opéré un schème de Ponzi à hauteur de 65 milliards $ pendant au moins vingt ans, sans être démasqué. Une combinaison de crédulité (rendements de 10-12% chaque année, sans aucune fluctuation), de cupidité et d’intérêts personnels ont fait que très peu d’investisseurs s'interrogeaient sur cette fraude massive. Les banques, les courtiers, les gestionnaires d’actifs, les apporteurs d’affaire et les investisseurs en faisaient leurs choux gras et, donc, personne ne soupçonnait qu’il s'agissait d'une fraude.

Tout comme les gens ne remettaient pas en question le schème de Ponzi de Madoff, personne ne remet en question le schème de Ponzi de 2 quadrillions $ (en incluant les produits dérivés et les passifs non capitalisés) dans lequel le monde entier est impliqué. Madoff était un saint, si on compare avec ce que nous vivons aujourd'hui. Pourquoi personne ne proteste, et pourquoi tout le monde croit que cela va continuer ? Pour exactement les mêmes raisons qu’avec Madoff : la cupidité et les intérêts acquis. Les gouvernements, banques centrales, banquiers, gestionnaires de fonds et d’actifs, et les investisseurs, ne veulent pas que quelqu'un crie au loup. Tout le monde souhaite que ce merveilleux schème de Ponzi se perpétue à jamais. Mais il ne le fera pas. Au contraire, il s’arrêtera brutalement dans les années à venir, et personne n’y sera préparé.

INVESTIR AVEC LE TROUPEAU : LE CHEMIN VERS LE PRÉCIPICE

En ce moment, les investisseurs adorent les marchés boursiers, et pourquoi n’en serait-il pas ainsi ? Tout le monde fait tellement d’argent, comme avec Madoff, que leur cupidité les empêche de se préoccuper des risques.

Pour les investisseurs qui ne s’inquiètent pas des risques, la période actuelle est absolument paradisiaque. Les actions, les obligations, l’immobilier et le Bitcoin ne font que grimper, grimper et grimper… vous ne pouvez pas perdre ! Tout ce que touchent les investisseurs aujourd’hui se transforme en or. Mais il ne s’agit pas d’or véritable. Les gains sont du faux or, sous la forme d’actifs papier gonflés et sous effet de levier. Comme avec toutes les bulles, cela peut encore continuer. Mais lorsque la direction changera, et nous n’en sommes pas loin, le mouvement sera tellement rapide qu’il sera impossible d’en sortir. Comme lors des 30 dernières années, les investisseurs seront certains que les banques centrales viendront à leur rescousse. Mais, cette fois-ci, les choses seront différentes, parce la prochaine ronde d’impression monétaire, même si elle s'élève à plusieurs trillions et quadrillions de dollars, aura un effet à très, très court terme seulement. Finalement, les gens comprendront que des morceaux de papier imprimés, que les gouvernements appellent de la monnaie, n'ont réellement aucune valeur.

L’effondrement à venir dans les marchés d’actifs en bulle sera plus sévère que la chute de 80% du NASDAQ, au début des années 2000, et plus sévère que la chute de 90% du Dow Jones, dans les années 1930.

La plupart des investisseurs riront avec incrédulité… nous verrons bien qui rira le dernier.

LE CHEMIN CONTRARIEN VERS LA PROTECTION DE LA RICHESSE

Avec le NASDAQ multiplié par cinq depuis 2009, les investisseurs sont inconscients des risques. L’argent, d’un autre côté, a décliné de 65% depuis 2011. Le graphique ci-dessous nous montre l’écart entre l’argent et le NASDAQ. L’argent s’est effondré par rapport au NASDAQ, depuis 2011, et on est presque retombé au niveau de 2001, lorsque son prix était de 4 $ l’once. Cet écart a probablement atteint son plus bas, et la prochaine hausse devrait lui permettre de revenir à son sommet de 2011, soit un mouvement de 450%.

Les investisseurs qui souhaitent protéger leur richesse ne devraient pas, bien sûr, prendre une position de vente à découvert sur le NASDAQ (la bulle pourrait toujours grossir), mais s’ils sortent des actions et achètent de l’argent, ils éviteront probablement la destruction de richesse à venir.

 

 

L’OR PERFORMERA BEAUCOUP MIEUX QUE LE BITCOIN

Le Bitcoin continue sur sa lancée météorique et atteint presque 6 000 $. Il s’agit d’une bulle spéculative massive et, comme toutes les bulles, elle peut encore grossir avant d’exploser. Mais cela n’a rien à voir avec la préservation de richesse. L’explosion du prix du Bitcoin a été spectaculaire – au cours des deux dernières années, il a été multiplié par 25 ! Une fois que l’or et l’argent commenceront à bouger, nous verrons probablement une explosion de prix similaire. Mais la grande différence réside dans le fait que les métaux précieux représentent une vraie protection de richesse, de la richesse tangible.

 

 

Mon discours ressemble peut-être à celui du sénateur romain Marcus Porcius Cato, qui finissait toujours ses interventions par Praeterea censer Cathaginem delendam esse (En outre, je pense que Carthage est à détruire).

J’ai toujours le même message pour un monde inconscient qui ne réalise pas ce qui va les frapper de plein fouet :

Pour éviter une destruction totale de votre richesse, procurez-vous une assurance sous la forme d’or ou d’argent physique, tant qu’il est encore temps. Lorsque le plus grand schème de Ponzi de l’histoire sera révelé, il sera probablement impossible de se procurer de l’or ou de l’argent physique à n'importe quel prix.


Source originale: Matterhorn - GoldSwitzerland


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu'elle est accompagnée d'un lien vers la source originale.


Egon Von Greyerz  Membre du conseil d'administration de Goldbroker.com - Fondateur MAM

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits