Bill Holter : La FED, le dollar et l’or

Publié par Dan Popescu | 26 oct. 2015 | Articles

 

Transcription :

Dan Popescu : Bonjour, ici Dan Popescu pour Goldbroker.com, j’ai le plaisir aujourd’hui de recevoir Bill Holter. Bill Holter est auteur et a récemment passé un partenariat avec Jim Sinclair sur www.jsmineset.com. Auparavant, il a écrit pour Miles Franklin, de 2012 à 2015, et a travaillé comme courtier en valeurs mobilières pendant 23 ans, dont douze comme directeur de filiale chez A.G. Edwards. Il est connu pour ses nombreuses contributions pour le Gold Anti-Trust Action Committee (GATA) depuis 2007. Bonjour Bill.

Bill Holter : Bonjour Dan.

 

Dan Popescu : Bill, c’est un plaisir… je lis vos articles, ainsi que ceux de Jim Sinclair, et j’ai été vraiment impressionné de voir que vous collaboriez… vous avez tous les deux une grande expérience du marché de l’or et de l’argent. Je suis les analyses de Jim Sinclair depuis une trentaine d’années, et j’ai été très surpris, mais heureux, d’apprendre votre collaboration. 

Bill Holter : Merci.

 

Dan Popescu : Bill, tout d’abord, je voudrais commencer par un article de Bloomberg qui tombe à pic, car il y a eu beaucoup interrogations ces derniers mois sur ce que la FED fera ou pas… tout le monde suit la FED… qu’ont-ils dit ? Vont-ils bientôt relever les taux d’intérêt ? Les augmenteront-ils un jour ? Quel impact cela a-t-il sur l’or ? J’aimerais avoir votre opinion, car Bloomberg semble insinuer que la FED cherche à attaquer l’or, d’une certaine manière, elle voudrait que son prix baisse… 

Bill Holter : Je ne crois pas que la FED puisse relever les taux d’intérêt, surtout aujourd’hui, après que la Chine a annoncé la baisse de ses taux. Il n’est pas possible d’augmenter les taux d’intérêt quand le reste du monde (l’Europe, la Chine…) baisse ses taux…  Si le dollar fort a déjà commencé à faire baisser les revenus, un dollar encore plus fort détruirait le reste de l’économie, sans mentionner les actifs financiers, le système bancaire, les produits dérivés… ils ne peuvent pas relever les taux, même d’un quart de point (0,25%).

 

Dan Popescu : Il semble que l’or ne va nulle part depuis un an et demi. En fait, il y a deux mois à peine, des articles disaient que l’or était fini, qu’il allait vers zéro… Il semble que l’or ne veut pas monter mais qu’il ne veut pas descendre non plus. À chaque fois que l’or est soumis à une pression à la baisse, il remonte immédiatement…

Bill Holter : Il faut comprendre que, lorsque vous dites que l’or est attaqué, il s’agit des contrats d’or-papier, ce n’est pas l’or physique qui est vendu. Si vous regardez du côté de l’or physique, la Chine importe environ 200 tonnes par mois, depuis plus de deux ans maintenant. Cela représente virtuellement 100% de la production mondiale annuelle. La production mondiale est d’environ 2 700-2 800 tonnes par an, et si vous retirez la production de la Russie et celle de la Chine, il reste environ 2 400 tonnes. La Chine importe 100% de l’offre physique. Donc, le seul moyen de maintenir le prix à la baisse est de vendre des contrats d’or-papier. Et si vous regardez le COMEX, ils n’ont que cinq ou six tonnes d’or, soit moins de 200-300 millions $ d’or, dans la catégorie « enregistré » pour livraison. Cela ne représente qu’un ou deux jours de la production annuelle achetée par la Chine… cela pourrait disparaître en quelques minutes ! Ce n’est même plus « la queue qui agite le chien », mais il y a deux lapins en plus au bout de la queue, qui agitent le chien. C’est ainsi qu’ils ont gardé le prix bas… en diluant l’or… C’est comme si … À quel prix serait l’action d’IBM si quelqu’un vendait un milliard d’actions contrefaites de cette compagnie ? Quasiment rien. C’est comme ça qu’ils gardent le prix de l’or bas. Ils le font avec des contrats d’or-papier, et non avec de l’or physique.

 

Dan Popescu : Vous parliez de la Chine… ils ont acheté beaucoup d’or et l’ont fait en secret. Ils ont récemment fait une annonce sur leurs réserves… D’après vous, quelle est leur stratégie ? Veulent-ils soutenir le Yuan par l’or et attaquer le « privilège exorbitant » du dollar ? Comment voyez-vous les choses ? 

Bill Holter : Je pense que le cœur de leur stratégie est de vider l’Occident de son or – la quantité d’or n’est pas illimitée. Ils sont certainement au courant que les 2 400 tonnes qu’ils importent annuellement représentent toute l’offre disponible venant des mines. Ils savent que l’or est de la monnaie. Ils ont compris que l’Occident est en faillite, qu’il s’agit d’une pyramide de Ponzi et que leur économie va s’effondrer. Alors ils ont accumulé de l’or parce qu’ils comprennent que l’or est la monnaie. Si vous voulez, c’est leur couverture contre le dollar, en tant que fondement de leurs réserves étrangères.

 

Dan Popescu : Plusieurs articles et livres sont parus récemment, au sujet de la suprématie du dollar. Selon eux le dollar est intouchable, il a la main mise sur le système monétaire international et il est impossible de le détrôner, au moins pour très longtemps… beaucoup d’articles évoquent cette suprématie. Je raconte souvent que j’étais en vacances en Europe, en août 1971, et que personne ne voulait de mes chèques de voyage American Express libellés en dollars US… Pour la première fois de son histoire American Express a dû libellé des chèques en Deutsche Mark, en Yen etc. Et j’entends souvent dire qu’il ne faut pas s’inquiéter, que le dollar va durer, qu’il y a une tendance à la hausse pour le dollar et qu’il ne peut que monter… Comment voyez-vous cela, en ce qui concerne l’or ?

Bill Holter : Premièrement, quand vous regardez l’index du dollar, il s’agit du dollar versus l’euro, la livre et le yen. Ce n’est pas versus une tasse de café, un hamburger, du pétrole ou quoi que ce soit. C’est une mesure par rapport aux autres devises. L’idée selon laquelle le dollar règnera de manière suprême pendant encore longtemps est ridicule. La Chine, la Russie, les pays du BRICS, se préparent tous activement à un système où le dollar ne sera plus utilisé pour régler les transactions commerciales. Hier, le FMI a annoncé… non, ils ne l’ont pas annoncé mais ils ont émis des commentaires favorables à l’inclusion du Yuan dans le panier de devises des DTS. Ça, c’est l’entrée du Yuan dans le système… S’ils font partie du gâteau, pour ainsi dire, ils en prennent une part. Et une portion de cette part viendra du dollar. En d’autres mots, quel que soit le pourcentage que la Chine prend, vu que le gâteau ne peut excéder 100%, le dollar perdra de son poids dans les DTS. La semaine dernière, la Chine a également lancé son système de paiement alternatif pour contourner le réseau SWIFT. Cela démontre qu’ils se préparent à ne plus utiliser le dollar dans les transactions commerciales. Ils ont conclu des accords avec la Russie et l’Iran… ils ont conclu des accords dans le monde entier pour utiliser le Yuan et laisser de côté le dollar. En vérité, l’acheteur de dernier recours pour le dollars US est la Réserve fédérale américaine.

Dan Popescu : Et ces dollars circulent à l’extérieur des États-Unis… plus de 50%, je crois...

Bill Holter : Oui, c’est probable.

 

Dan Popescu : Puis-je vous poser une question sur l’argent métal ? On parle beaucoup, récemment, des primes de plus en plus élevées ainsi que de la difficulté à en obtenir dans des délais raisonnables… que pensez-vous de l’argent dans ce contexte ?

Bill Holter : Du côté de la vente au détail, je peux vous dire que ces derniers mois, il était très difficile de satisfaire la demande de pièces d’argent. La Monnaie américaine rationne les ventes de ses Eagles, et je crois que la Monnaie canadienne a stoppé les ventes de Maple Leaf durant un mois… S’ils avaient l’argent nécessaire, si l’argent était disponible, je crois qu’ils auraient produit les pièces. Cela montre qu’il y a une pénurie. Nous assistons aussi à une backwardation, avec un prix spot plus élevé que le prix des contrats à terme. Et cela ne devrait jamais arriver dans un marché normal. 

 

Dan Popescu : J’ai récemment vu des données sur l’achat de pièces. L’achat de pièces – dont on peut supposer qu’il s’agit surtout de particulier et non de banques centrales – est à la hausse en Allemagne, en Australie, au Canada, et même aux États-Unis… on pourrait s’attendre à ce que les Chinois et les Indiens achètent beaucoup de pièces, mais que beaucoup de pièces soient achetées aux États-Unis et au Canada, c’est une surprise, surtout avec le prix qui est à la baisse…

Bill Holter : Il faut voir les choses de la façon suivante : quand le prix baisse à un certain niveau, disons que ce niveau est de 15 ou 16 dollars, cela crée plus de demande. Les gens se disent que ce prix est une aubaine. Et si vous regardez les primes… on en parle toujours comme d’une prime au-dessus du prix spot. Je verrais plutôt les choses ainsi : le prix spot constitue un rabais par rapport au prix réel. Le prix réel correspond au coût d’extraction du métal jusqu’à ce que vous l’ayez dans vos mains… c’est ainsi que se déroule une vraie transaction d’une vraie matière première. Donc, si le prix spot se situe sous ce prix, c’est que l’argent s’échange plus bas qu’il ne devrait.

 

Dan Popescu : J’aimerais aussi avoir votre point de vue sur la manipulation du prix de l’or. Vous avez écrit des articles à ce sujet. Selon un graphique de Nick Laird (Sharelynx.com), il y aurait cent onces d’or-papier pour chaque once d’or physique… et j’ai vu des discussions sur Twitter disant que cela ne signifie rien, parce que 5% ou moins des clients demanderont la livraison physique… quelle est votre opinion là-dessus ?

Bill Holter : En fait, les vrais chiffres sont plutôt de l’ordre de 240:1 … ceci en tenant compte du fait qu’il n’existe que 180 000 onces…. un peu plus de cinq tonnes d’or dans la catégorie « enregistré » disponible pour livraison; c’est en-dessous de 200 millions de dollars, un chiffre ridiculement bas. Cette quantité pourrait être sortie en une seule transaction… cela ne représenterait qu’un achat de 2 000 contrats avec livraison. Qu’est-ce qui pourrait causer une telle ruée pour la livraison ? Plusieurs choses : une institution majeure empêtrée dans des produits dérivés, un fond souverain qui ferait défaut, des problèmes entre les russes et les soldats américains… qui sait ? Il y a un tas de « cygnes noirs » potentiels, et vider les cinq tonnes du COMEX ne représente qu’une toute petite bouchée du sandwich au jambon, ce n’est rien.

 

Dan Popescu : Selon mon expérience, ceux qui disent qu’ils ne demanderont pas la livraison physique changent d’avis et appellent leurs avocats lorsque quelque chose tourne mal… ils se cherchent une excuse pour prétendre qu’ils n’ont jamais dit cela…

Bill Holter : Exactement. L’or et l’argent sont, comment dire, de drôles d’animaux. Les gens les désirent plus que tout quand ils ne peuvent plus se les procurer. Et c’est ce qu’il va arriver, il va y avoir une ruée. La quantité d’or et d’argent disponible pour livraison ne veut rien dire… c’est tellement peu.

 

Dan Popescu : Qui manipule l’or aujourd’hui ? On sait que la plupart des banques centrales faisaient partie du London Gold Pool, qu’il y avait aussi les Washington Agreements, qui concernent surtout les banques européennes… qui a le plus d’intérêt, aujourd’hui, à manipuler le prix de l’or ? Les États-Unis ? Ou pourrait-il y avoir une sorte de collaboration… certains disent même que les Chinois collaborent…

Bill Holter : Posez-vous la question suivante : qui a des raisons de le faire ? Les États-Unis et la Chine ont des raisons de garder le prix bas. Pour les États-Unis, l’or est un concurrent direct au dollar – un bas prix de l’or signifie un dollar fort – et la Chine a certainement des raisons de garder le prix bas afin que ce système persiste, ce système qui leur permet de vider les coffres occidentaux… cela permet à la Chine de continuer d’accumuler de l’or, ce jeu continuera jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’or à l’Ouest.

 

Dan Popescu : La dernière question que je voudrais vous poser… Vous êtes un Américain, vous vivez aux États-Unis, vous avez peut-être un point de vue différent sur le Yuan… l’inclusion du Yuan dans les DTS qui, comme vous l’avez mentionné, devrait être annoncée en novembre… Les États-Unis n’ont pas vraiment de droit de veto sur les DTS, mais pourraient-ils s’y opposer et nous surprendre avec un « cygne noir » ? Parce que la plupart des commentaires sont favorables à l’inclusion du Yuan… mais est-ce que les États-Unis pourraient essayer de retarder l’échéance en disant par exemple, qu’ils y sont favorables mais pas maintenant ? Pourraient-ils utiliser des tactiques pour en retarder l’inclusion ?

Bill Holter : Je suppose que c’est possible. Mais vous n’avez qu’à vous demander quelle serait la réaction de la Chine. Les Chinois seraient furieux, et je crois que leur réaction serait de vendre en gros tous leurs bons du Trésor.

 

Dan Popescu : Oui, je vois… Et bien, merci, Bill, c’était un plaisir. Au nom de Goldbroker.com, merci encore et passez une belle journée !


La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que "GoldBroker.fr tous droits réservés" est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.


Dan Popescu  Analyste financier / Membre de l'équipe éditoriale de Goldbroker.com

   

Mes articles


Découvrez notre sélection de lingots et pièces d'investissement

Tous nos produits

Lire aussi :